A la COP 26, un accord prévoit la disparition des moteurs thermiques pour 2040 au plus tard

Publié par Quentin Bas Lorant le 13/11/2021 à 07:56 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

La conférence pour le climat (COP 26) qui s’est tenue à Glasgow (Écosse) s'est achevée hier, même si d’ultimes tractations pourront encore être menées par les pays participants. En revanche, un accord concernant l’avenir de l’automobile a lui bien été adopté, dès le milieu de semaine dernière. Il prévoit, pour les signataires, la disparition des moteurs thermiques et hybrides d'ici à 2040. Un document que la France et ses constructeurs ont préféré s'abstenir de signer. 

La fin du moteur à essence d'ici 2040

La baisse des émissions carbone des voitures était en effet l’un des quatre chantiers prioritaires de cette 26e conférence des Nations unies sur le climat, avec l’abolition du charbon, la sauvegarde des forêts, et l’aide financière aux pays émergents.

Concrètement, cet accord prévoit de mettre fin à la production de tous les moteurs thermiques d’ici à 2040, au profit de la mobilité électrique. Parmi les signataires qui se sont engagés dans cette voie, on retrouve : 

  • 24 pays : dont les Pays-Bas, la Norvège, le Canada, le Danemark, la Suède, le Maroc, le Royaume-Uni, ou encore l’Inde, le Ghana, le Rwanda et le Kenya.
  • Plusieurs grandes métropoles et régions (39) : New-York, Los Angeles, Atlanta, Barcelone, Rome…
  • 6 constructeurs : Ford, General Motors, Mercedes, Jaguar Land Rover (JLR), BYD (Chine), et Volvo (ils représentent 20% de la production mondiale de véhicules).

On peut noter également l’autographe d’entreprises (28) comme Uber et LeasePlan (location courte durée) qui ont promis dès 2030 de ne recourir qu’à des flottes de voitures électriques. 

Le texte adopté par ces signataires indique de façon claire qu’ils devront s’efforcer « de faire en sorte que toutes les ventes de voitures et de camionnettes neuves soient à zéro émission dans le monde d’ici à 2040, et au plus tard en 2035 sur les grands marchés ».

Un accord qui manque de signatures...

Si ce premier accord signé dans le cadre d’une COP peut être un signe encourageant pour certains, ce sont plutôt les signatures manquantes qui se font remarquer, et notamment celle des plus gros constructeurs : Toyota, Volkswagen, Hyundai, etc.

De même, de nombreux pays manquent à l’appel, et en particulier les plus gros pollueurs : États-Unis, Allemagne et Chine, même si, de ce point de vue, la ratification d’un pays aux dimensions de l’Inde est déjà un signal positif. 

Mais d’une perspective purement hexagonale, trois absents de marque sont également à signaler : la France, Renault et Stellantis (ex PSA-Citroën). Gouvernement et constructeurs se montrent en effet réticents à entériner un accord qui enterrerait définitivement la technologie hybride, grâce à laquelle nos marques, en particulier, se démarquent. 

... et enterre la voiture hybride

De même, cet été, lorsque la Commission européenne avait dévoilé son paquet législatif « Fit for 55 », qui prévoit l’interdiction pure et simple des voitures thermiques et hybrides à partir de 2035, la France avait préféré freiner des deux pieds. 

Pour l’exécutif et les représentants des constructeurs français, l’hybride représente en effet un moyen d’amorcer une transition moins brutale vers le 100% électrique, tout en conservant des emplois dans le secteur. Selon la Plateforme automobile, ce sont en effet 100 000 postes qui seraient menacés à l’horizon 2035.

Et pour cause : les fabricants actuels de voiture thermiques ne sont pas formés pour se mettre à construire en si peu de temps des véhicules électriques, sans compter que la production des batteries est aujourd’hui largement délocalisée.  

Enfin, à côté de cet enjeu industriel, il faut également noter que l’abolition de la motorisation hybride porterait également un coup fatal à un segment qui se vend particulièrement bien : le mois dernier, les ventes de voitures hybrides en Europe ont dépassé celles des moteurs diesel

Mis bout-à-bout, ces arguments ont également conduit la France et de nombreux constructeurs à ne pas apposer leur signature à l’accord trouvé pour l’automobile à la COP 26. Comme sur les autres chantiers discutés, les signaux encourageants viennent davantage de l’horizon commun dessiné que des moyens d’y parvenir.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

CONSEILS POUR ACHETER SA NOUVELLE VOITURE