Le Parlement européen vote la fin de la voiture thermique

Publié par Quentin Bas Lorant le 09/06/2022 à 13:05 , Mis à jour le 09/06/2022 à 13:25

L'Union européenne avance progressivement vers l'interdiction des voitures à essence d'ici à 2035. Une législation en faveur du climat à laquelle la France n'est pas la plus favorable.

Le Parlement européen a bien voté la fin du moteur thermique

Réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050 : c’est l’objectif que s’est fixé l’Union européenne pour tenir ses objectifs climatiques. Afin d’y parvenir, la Commission européenne avait présenté l’année passée une vingtaine de propositions. Ce mercredi 8 juin, plusieurs ont été adoptées par le Parlement européen, dont la fin de la voiture thermique.

L’organe parlementaire de l’UE y est bien favorable : à partir de 2035, la vente de voitures à moteur thermique (diesel, essence) sera interdite. Cette interdiction concernera les voitures particulières, les camionnettes légères, ainsi que les voitures hybrides.

Les véhicules mélangeant énergie électrique et thermique n’ont donc pas vocation à s’installer dans le paysage européen : ils ne serviront qu’à la transition vers le tout électrique. Pourtant, les moteurs hybrides ont le vent en poupe sur le continent : les versions non-rechargeables représentent actuellement un quart du marché, selon un récent rapport l’Association des constructeurs européens (Acea) (contre 10% pour les véhicules 100% électrique). 

Clap de fin pour l'hybride ?

Cela signifie que les constructeurs devront cesser d'ici une dizaine d’années la production de véhicules qui devraient continuer jusque-là de connaitre un certain succès. Pour leur laisser une marge de manœuvre supplémentaire, la France souhaitait une exception jusqu’en 2040 pour les véhicules hybrides, mais elle n’a pas été retenue. 

Déjà, en novembre dernier, la France, et ses deux constructeurs, Renault et Stellantis, s’étaient abstenus de signer l’accord trouvé à la COP 26, qui prévoyait, lui, la fin du moteur à essence d'ici à 2040, hybrides compris. 

Pour les représentants des intérêts hexagonaux, l’hybride représente en effet un moyen d’amorcer une transition moins brutale vers le 100% électrique, tout en conservant des emplois dans le secteur. Selon la Plateforme automobile, ce sont en effet 100 000 postes qui seraient menacés à l’horizon 2035 par le passage à tout électrique.

Plusieurs problèmes à surmonter d'ici à 2035 

Cette transition pose en effet de nombreux problèmes à l’industrie auto, qui n’est pas encore en mesure technique de produire uniquement des véhicules à batteries. Il faut également rappeler que la production de ces dernières est aujourd’hui largement délocalisée (notamment en Asie). Malgré les projets de relocalisations continentales, une véritable crainte se fait donc sentir sur une perte d’emplois européens.

Enfin, trois autres problèmes majeurs se posent pour les dix prochaines années : celui du coût des véhicules électrique, qui reste supérieur à celui des thermiques (hors bonus). À ce sujet, la baisse progressive du prix des batteries rassure en partie. Ensuite, un manque d’équipement : la France n’a pas tenu ses objectifs d’installation de bornes de recharge l’année dernière. Or une transition apaisée ne se fera pas sans un maillage efficace du territoire. Reste la question du réel bilan carbone des véhicules électriques. Pour que l’avancée pour le climat soit réelle, il faudra également surveiller la provenance de l’énergie électrique utilisée pour alimenter nos véhicules.

Pour être finalement adoptée, la fin du véhicule thermique doit encore recevoir l’aval du Conseil de l’Europe, et être soumise au vote des États membres. Rappelons, pour finir, qu’en France, la récente loi Climat s’était montrée un peu moins ambitieuse : elle n’avait pas entériné une interdiction totale, mais seulement la fin de la commercialisation des véhicules émettant plus de 123 g/km de CO2 d'ici à 2030 (avec la possibilité qu’ils représentent toujours jusqu’à 5% des immatriculations). 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

CONSEILS POUR ACHETER SA NOUVELLE VOITURE