Comparez gratuitement les assurances auto

Marché auto français : baisse de 13 % en février 2022

01 mars 2022 Théophile Robert 245 vues

ASSURANCE AUTO Comparez gratuitement

Le marché automobile français n'arrive toujours pas à remonter la pente. Pour ce mois de février 2022, il accuse d'une nouvelle baisse par rapport à la même période l'année dernière. Sachant que le mois de février 2021 témoignant déjà d'une baisse par rapport à 2020. En cause : la pénurie de semi-conducteurs, qui dure depuis plus d'un an et qui n'est toujours pas résolue.

Une nouvelle baisse en février 2022 par rapport à février 2021... qui était déjà en baisse

Le marché automobile français recule encore. Le mois de janvier était déjà en forte baisse et le février ne viendra pas corriger le tir. La chute est de 13,01 % par rapport à 2021, d'après les données publiées ce mardi 1er mars par la plateforme de la filière automobile (PFA).

Au total en février 2022, 115 386 véhicules ont été immatriculés, contre 132 637 en 2021. Sur les deux premiers mois de 2022, la baisse cumulée est de 15,73 % avec 218 285 immatriculations, contre 259 017 en 2021.

La pénurie de semi-conducteurs est toujours responsable de la baisse

Comment expliquer cette baisse persistante ? « Mêmes causes, mêmes effets qu'en janvier avec des problèmes de production : on attend toujours les composants électroniques », répond François Roudier, directeur de la communication de PFA. En effet, le marché demeure très pénalisé par la pénurie de semi-conducteurs. Depuis plus d'un an maintenant, cette pénurie engendre des retards de production chez les constructeurs automobiles. La demande ne peut donc pas être satisfaite et des retards de livraison poussent les consommateurs à se diriger vers l'occasion.

Cette pénurie de puces électroniques est due à la crise de Covid-19. Usines tournant au ralenti et, plus en amont, pénurie de matières premières. Les fabricants de puces ont alors préféré privilégier des marchés plus rentables liés à l'économie du confinement, comme le jeu vidéo ou l'électroménager.

Tesla s'en sort bien

De facto, les chiffres des constructeurs et groupes automobiles ne sont guère flatteurs. Stellantis, qui a pourtant réalisé une excellente année 2021, voit ses ventes baisser de 19,59 % en février 2022, pour un total de 39 188 véhicules vendus (contre 48 738 en février 2021). Le groupe Renault est également en baisse de 11,54 % pour 25 100 véhicules écoulés, contre 28 376 en 2021.

Même son de cloche chez nos voisins allemands : le groupe Volkswagen est victime d'une baisse de 12,62 % (14 420 en 2022 contre 16 502 en 2021). Daimler (Mercedes et Smart) marque un recul de 17,98 % (3 343 contre 4 076). Pour les groupes asiatiques, la donne ne change pas non plus. Le groupe Toyota recule de 19,56 % (6 797 contre 8 450) ; Nissan retrace de 29,54 % (2 175 contre 3 087). Il en est de même pour l'américain Ford avec une baisse de 20,79 % (3 631 contre 4 584).

Un constructeur parvient toutefois à maintenir sa croissance : Tesla. Sa progression est faramineuse, de 204,94 %. Mais cela s'explique par plusieurs facteurs. Tout d'abord, Tesla commence à peine à véritablement augmenter sa production et à écouler ses modèles. De plus, les politiques françaises poussent à la transition vers l'électrique à coup d'aides à l'achat. Enfin, la marque d'Elon Musk est nimbée de « hype » (effet de mode, ndlr). Cela se reflète d'ailleurs sur sa très importante capitalisation boursière, la plus élevée parmi tous les constructeurs et groupes automobiles au monde.

bloc-cta-car
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !