600 millions d'euros levés par les assurtech françaises

Publié par Quentin Bas Lorant le 31/01/2022 à 15:18 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Les assurtech française n'avait jamais levé autant d'argent qu'en 2021. Une performance qu'il ne faut pas prendre à la légère, mais qui pourrait aussi inquiéter les plus petits acteurs.

Levées jamais vues

La semaine dernière, une nouvelle assurtech, Flitter, débarquait sur le marché de l’assurance en ligne. Avec sa formule auto à l’usage et connectée, la startup est parvenue à lever 2,5 millions d’euros pour son lancement, actant ainsi la quatrième levée de fonds de l’année pour une assurtech tricolore. De bon augure pour tenter de battre le record établi en 2021.

D’après le décompte de l’Argus de l’assurance, 23 assurtech française ont mené à bien 24 tours de table l’année dernière (Leocare en a réalisé deux), pour un total de 627 millions d’euros. C’est trois fois plus qu’en 2020 (année déjà historique) à l’issue de laquelle le total des levées atteignait 183 millions d’euros.

Pour mesurer la taille prise par certains acteurs et le chemin si vite parcouru, il faut mettre en perspective ces 600 millions d’euros. C’était en 2020 le montant cumulé de toutes les levées en Europe. C’est maintenant celui des jeunes pousses françaises à elles seules. 

Il faut aussi se souvenir qu’en avril dernier, Alan avait signé ce qui deviendra la plus importante levée de l’année, avec une collecte de série D de 185 millions d’euros. Soit deux millions de plus que le total des levées de 2020 dans l’écosystème de la néoassurance. 

Un écosystème tiré par Alan, Shift Technology et Leocare

Les deux autres plus grosses opérations de 2021 sont l’œuvre de Shift Technology (Série D, 183 millions d’euros en mai dernier), et de Leocare (Série B, 102 millions d’euros en novembre). Au sein du classement des levées les plus rémunératrices de l’année, tous secteurs confondus, Alan se classe 8ème, Shift 9e, et Leocare 16ème. 

Cette contribution aux bonnes performances de l’environnement tech a été relevé par France FinTech, l’association professionnelle des fintech, assurtech et regtech françaises. Dans son baromètre annuel, publié en fin d’année dernière, elle remarque que 29% de la valeur totale des levées provient de startups du secteur de l’assurance.

L’association se félicite également que 5 des 13 licornes apparues en 2021 soient des fintech. Parmi elles, nos deux championnes des levées ont dépassé le milliard de dollars de valorisation : Alan et Shift. Pourtant, cette tendance pourrait aussi inquiéter, dans la mesure où une partie de plus en plus restreinte d’assurtech accapare la plus grosse part des investissements. 

C’est ce que remarquait à l’échelle du globe le dernier rapport du cabinet Willis Towers Watson. Début novembre 2021, le total des levées de l’ensemble des assurtech mondiales dépassait les 10 milliards de dollars (soit 3 milliards de dollars de plus qu’en 2020).

Ce déséquilibre croissant n’empêche toutefois pas les nouvelles aventures. L’année dernière, nous avons rencontré plusieurs jeunes assurtech : Secursus, spécialisé dans l’assurance de colis, Cylantro, une nouvelle assurance digitale pour vélos et NVEI, Serenitrip, qui assure les locations auto de courte durée, ou encore Ascar, qui s’est lancé dans l’assurance auto des voitures de luxe et de collection.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES