AIG abandonne la poursuite en justice de l'État américain

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance - divers > AIG abandonne la poursuite en justice de l'État américain

Actualité de l'assurance

Assurance - diversVoir toute son actualité

AIG abandonne la poursuite en justice de l'État américain

|
Consultations : 1415
Commentaires : 0
AIG reconnaissant de l'aide de l'Etat américain en 2008

La compagnie d’assurance AIG veut éviter le scandale. Finalement le groupe a annoncé qu’il ne porterait pas l’affaire avec l’État US devant la justice. Il se dissocie ainsi de certains actionnaires qui jugent avoir été dépouillés durant le sauvetage de 2008 par le gouvernement…et qui réclament quelques 25 milliards de dollars !

Une démarche mal vue par le public

On dénombrait beaucoup d’experts qui avaient anticipé le dénouement. Ils jugent peu probable que la société prennent un risque d’impopularité. Neil Barofsky, un ancien responsable sur le programme de sauvetage pour les banques (TARP) avait annoncé qu’il ne voyait pas AIG faire un grand "bras d’honneur" à ceux qui l’avaient sauvé. En envisageant cette démarche, le groupe aurait été sujet à une grande indignation dans les journaux américains, sur les réseaux sociaux et même devant le Congrès.

Cette initiative a énormément choqué le public. Comme le groupe Lehman Brothers, AIG a presque failli sombrer durant l’année 2008 suite à des paris hasardeux sur le CDS ou « Credit Default Swaps ». C’est l’État qui lui a permis de survivre jusqu’à présent en lui consacrant plus de 182 milliards USD sous forme de garanties et de liquidité. Selon Mark Williams, un professeur de finance de l’Université de Boston : « C’est pareil qu’un malade qui lançait un procès à son guérisseur pour l’avoir maintenu en vie ».

Un taux d’intérêt punitif

Les actionnaires affirment que le soutien offert par l’État fut grandement nécessaire à la survie du groupe. Mais ils jugent que ce soutien n’était pas dans de bonnes conditions pour eux. Marc Greenberg qui est le patron d’AIG durant plus de quarante ans avait défendu ses intérêts. C’est cet homme qui a engagé la plainte contre l’État américain en 2011. Marc Greenberg reproche au gouvernement d’avoir délayé le poids des actionnaires.

L’État a acquis environ 92 % du capital de l’entreprise et a appliqué un taux d’intérêt punitif de 14 %. Durant cette opération, l’état a gagné 23 milliards USD. Le gouvernement aurait violé le cinquième amendement dans la Constitution qui interdit la prise de possession du pouvoir public d’une entreprise privée. Mais, ces arguments n’ont pas suffi pour convaincre le tribunal de New York. Le dernier recours des actionnaires reste donc Washington.

L’avis d’Assurland : après des jours de réflexion, AIG a finalement décidé d’abandonner ses poursuites contre le Gouvernement américain. Même si c’est ce dernier qui a sauvé l’entreprise, certains actionnaires ne sont pas du tout satisfaits de ses gestes.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS