Assurance - divers

Air Austral veut rassurer ses passagers en leur proposant une assurance COVID

Publié par le , Mis à jour le 14/09/2020 à 18:18

Les compagnies comptent sur les assurances pour relancer les voyages

Victimes d’un trafic aérien en berne depuis plusieurs mois, certaines compagnies aériennes s’orientent vers les assurances pour tenter de rassurer leur clientèle. C’est notamment le cas d’Air Austral, qui assure ses passagers avant leur voyage mais aussi sur place.

Une baisse de 60 % du trafic aérien attendue pour 2020

Au cœur d’un secteur d’activité durement affecté par la pandémie du Covid-19, les compagnies aériennes continuent de souffrir de la baisse du nombre de passagers à l’échelle mondiale. Le mois dernier, l’Association internationale du transport aérien (Iata), qui représente près de 300 compagnies à travers le monde, a prévu une baisse du trafic de 60% en Europe pour 2020, par rapport à l’année précédente. Toujours selon l’association, le niveau du trafic aérien de 2019 ne sera pas retrouvé avant 2024.

Dans ce contexte, Air France a bénéficié en avril d’un plan de sauvetage historique de l’État d’un montant de 7 milliards d’euros. Une aide qui n’a pas pu profiter aux autres compagnies aériennes françaises dont l’Etat n’est pas actionnaire. C’est le cas d’Air Austral, basée à La Réunion et qui s’est spécialisée dans les vols à destination de l’océan indien. Pour relancer son activité, la compagnie mise sur une « assurance COVID » visant à rassurer ses clients.

En partenariat avec Assurever, un spécialiste des assurances voyage, la compagnie propose ainsi désormais une « Assurance Protection Sanitaire », couvrant plusieurs risques liés au COVID-19, dans le cadre d’un voyage d’une durée inférieur à 31 jours. Elle est vendue directement par Air Astral en complément d’une assurance multirisque, et permet d’assurer le passager avant son départ et une fois sur place.

Les assurances voyage s'adaptent aux risques du COVID-19

Les modalités de cette couverture s’apparentent à celles d’une assurance « voyage » ou « vacances » classique, qui peut vous assurer pour la plupart des risques liés à un séjour de courte ou longue durée  à l’étranger : accident avec un véhicule de location, vol ou perte des bagages, retour précipité… Et désormais plusieurs risques directement adaptés au COVID-19. (Il est à noter que la souscription à une assurance voyage demeure obligatoire pour obtenir un visa d’entrée en Algérie, Chine, Cuba et Russie).

Avant l’embarquement, l’assurance proposée par Air Austral comprend plusieurs possibilités d’annulation et donc de remboursement : en cas de symptômes jusqu’à un mois avant le départ, en cas de test positif ou de refus d’embraquer suite à la prise de température, ou encore en cas de suppression du vol conséquemment à une décision des autorités.

Une fois sur place, l’assurance prévoit aussi une prise en charge des frais de mise en quarantaine des voyageurs (chambre et petit-déjeuner à l’hôtel). Une couverture des frais médicaux liés au Covid est également incluse, tout comme l’organisation d’un rapatriement, sous certaines conditions.

Les assureurs contraints de s'adapter aux pandémies

Ces prestations, proposées à un tarif équivalent à 1% du billet d’avion (en complément d’une assurance multirisque, pour rappel) apparaissent comme une nouveauté dans le secteur. En effet les pandémies n’étaient jusqu’ici pas couvertes par les assureurs spécialisés, y compris dans le voyage, en raison de leur caractère aléatoire et peu mutualisable.

Le léger recul sur la pandémie permet désormais aux assureurs de couvrir certains risques, et de s’associer aux agences de voyage ou compagnies aériennes. Avant Air Austral, les deux principales compagnies émiraties Etihad Airways et Emirates avaient elles aussi mis en place une couverture des frais médicaux et de quarantaine de leurs passagers.

Une évolution qui pourrait, dans d’autres secteurs, inciter les compagnies d’assurance à prendre elles aussi en charge les risques liés aux pandémies. Le ministre de l’économie et des finances, Bruno Lemaire, les a d’ailleurs déjà incitées à prendre des initiatives en ce sens. En s’adaptant au contexte, les assureurs pourraient espérer regagner la confiance des Français, qui se sont montrés plutôt critiques vis-à-vis de leur gestion de la crise du Covid-19.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES