• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Algérie, seulement 5 % des producteurs sont couverts

Publié par le , Mis à jour le 08/03/2016 à 15:16

L'Algérie en retard sur les souscription d'assurance agricole

Les paysans et exploitants algériens ne semblent pas encore s’intéresser à la souscription d’un contrat d’assurance agricole. Il a été constaté que le taux de pénétration de l’assurance agricole en Algérie est insignifiant alors que le marché connait un grand potentiel.

Rapport de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité

Le rapport de la Fondation révèle que le taux de pénétration de l’assurance agricole en Algérie est faible. En effet, seulement 5 % des producteurs sont couverts par une telle assurance soit environ 50 000 exploitants sur 1 million. Le rapport appuie pourtant sur le fait que le marché enregistre un fort potentiel.

Une étude de comparaison entre trois pays du Maghreb, dont fait partie l’Algérie a révélé un très faible taux de pénétration de ce secteur alors que le secteur agricole participe grandement au renforcement du PIB de ces trois pays. Dans le cas de l’Algérie, l’agriculture représente moins de 2 % du marché de l’assurance, avec un CA de 9 millions d’euros en 2012.

L’agriculture contribue pourtant à l’économie du pays, puisqu’il fournit entre 8 à 12 % du PIB. Selon la Fondation pour l’agriculture et la ruralité pour le site reporter.dz, « les grandes cultures occupent plus de la moitié des superficies cultivées » alors que l’arboriculture et le maraîchage ne représenteraient respectivement que « 6,5 % et 3,5 % de ces surfaces ».

Faire évoluer l’assurance agricole en Algérie

La principale raison pour laquelle beaucoup d’agriculteurs Algériens boudent l’assurance agricole est sans doute le prix élevé des polices d’assurance. De leur côté, les assureurs algériens expliquent ce manque d’intérêt par la défaillance de certains agriculteurs qui ne répondent pas toujours aux exigences des assureurs. En effet, les assureurs attendent d’eux qu’ils se conforment à des standards préétablis par leurs soins.

La situation de l’Algérie est encore loin d’être comparable à celle de la France où les agriculteurs et les exploitants sont conscients des risques pouvant compromettre leurs activités. La souscription d’une assurance agricole est donc devenue automatique et les hésitations concernant le tarif du contrat ne se pose pas systématiquement puisqu’il est devenu plus facile de comparer les offres grâce à un  comparateur d’assurance !

Une solution trouvée par les personnes concernées est donc d’inciter le gouvernement à subventionner la prime d’assurance. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES