Assurance - divers

Cambriolages : les pharmacies d'Ile-de-France en ligne de mire

Publié par le , Mis à jour le 29/08/2019 à 16:34

Des mineurs étrangers ciblent des pharmacies pour les cambrioler

Depuis le début 2019, les pharmacies d’Ile-de-France sont devenues la cible de jeunes cambrioleurs. Ils ont souvent une dizaine d’années et n’hésitent pas à attaquer en pleine nuit des officines.

Une centaine d’euros et des médicaments de substitution aux drogues dures

Elles sont devenues la cible privilégiée des cambrioleurs. Les pharmacies d’Ile-de-France sont actuellement victimes d’attaques d’une ampleur inédite. Comme le rapporte le Parisien, une trentaine de cambriolages ont déjà été recensés entre janvier et juillet 2019. Selon les images des caméras de vidéos surveillance, les auteurs de ces méfaits sont des mineurs isolés étrangers : « le profil c’est 4 à 5 mineurs âgés d’une dizaine d’années, maximum 18 ans, qui auraient été placés en accueil du système ASE habituel, qui se seraient échappés pour s’attaquer aux parapharmacies ou pharmacies » explique Christophe Gonzalez, secrétaire général Alliance Police national 77 à BFM TV.

Selon les forces de l’ordre, les jeunes arrivent souvent de Paris par le dernier RER et s’attaquent à des officines proches des gares. Une fois le cambriolage perpétré entre 2 et 6 heures du matin, ils repartent par les transports en commun. Des apprentis cambrioleurs qui arrivent à dérober quelques centaines d’euros dans la caisse et parfois des médicaments de substitution aux drogues dures comme du Subutex.

Les cambriolages en France en hausse en 2019

En 2019, les cambriolages sont repartis à la hausse. Depuis le début de l’année, ce sont près de 119 437 cambriolages d’habitations soit 485 de plus que pour la même période en 2018. Pour les syndicats de police, cette augmentation significative des cambriolages s’explique par… le mouvement des gilets jaunes.

En effet, lors des manifestations, les autorités ont été dépêchées pour sécuriser  l’espace public laissant le champ libre aux voleurs : « ça fait d’autant moins d’effectifs qui sont disponibles pour faire de la prévention contre le cambriolage et traiter des enquêtes » explique Laëtitia Buil du syndicat Synergie-officiers sur le plateau de BFM TV.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES