• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Ces assurances complémentaires qui déçoivent

Publié par le , Mis à jour le 25/10/2012 à 11:00

Le rapport 2011 du médiateur de la Fédération Française des Sociétés d’Assurances (FFSA) fait un point sur les sollicitations dont il a été l’objet. Il évoque également certaines pratiques. Ainsi, il est question cette année de ces assurances pour téléphones, appareils de loisirs ou équipements high tech dont l’utilité mérite d’être discutée.

Des conseils qui laissent à désirer

Médiateur de la FFSA, Francis Frizon observe dans son dernier rapport qu’au sein des grandes enseignes commerciales, le vendeur propose désormais de manière « quasi systématique » de garantir les « appareils électroménagers ou de loisirs, hi-fi, photos, etc. ». Ainsi, il n’y a plus rien d’étonnant à se voir proposer d’assurer bicyclette ou paire de skis.

Toutefois, le médiateur estime que ce type d’assurance facile à souscrire s’avère « relativement onéreux » et finalement source de désillusions car le client n’est pas aussi bien protégé qu’il pourrait le croire.

Francis Frizon évoque notamment la « qualité des conseils concernant ces assurances » car, en pratique, elles sont proposées par des vendeurs dont la spécialité n’est sans doute pas l’assurance. Plus loin, avec le resserrement des marges, leur commission provient désormais pour partie de cette assurance dont ils ont tendance à ne présenter que les avantages. Quitte à taire les risques de doublons avec la garantie constructeur ou l’assurance habitation par exemple.

La déception n’est jamais loin

Et le client dans tout ça ? Le médiateur regrette qu’il se « déresponsabilise » en ne lisant pas son contrat d’assurance. A sa décharge, Francis Frizon relève qu’obtenir une information ou trouver le bon interlocuteur n’est pas chose aisée.

De fait, lorsqu’un sinistre se produit, c’est souvent la désillusion qui pointe à l’horizon : « le client a payé une assurance spécifiquement dédiée à son achat et ne comprend ni n'accepte de ne pas être indemnisé lorsque survient un sinistre », signale le médiateur.

Cité par La Tribune, il ajoute : « il s'ensuit une déception, voire un sentiment parfois exprimé d'escroquerie ou de vol » car, en général, les garanties vantées par les vendeurs s’avèrent tout à fait limitées.


L’avis d’Assurland.com : les chiffres de la médiation en 2011 ? Consultez notre article Assurances : le médiateur davantage sollicité en 2011.

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES