Assurance - divers

Coronavirus : comment les entreprises françaises font face ?

Publié par le , Mis à jour le 03/02/2020 à 17:52

Les entreprises françaises font le maximum pour protéger les salariés

Alors que l’économie tourne au ralenti, les entreprises françaises implantées en Chine multiplient les mesures de précautions pour protéger les salariés du Coronavirus. Des sociétés qui ne pourront peut-être pas obtenir des indemnisations de la part des assurances. On vous explique pourquoi.

Des mesures pour protéger les salariés

Le Coronavirus continue de faire trembler le monde. En Chine, berceau de l’épidémie, plus de 17.200 cas ont été dénombrés et 361 personnes sont mortes. Des chiffres qui dépassent désormais celui du SRAS.

Face à l’urgence, la France a décidé de rapatrier ses ressortissants. Dimanche 2 février 2020, un second avion transportant 250 personnes a atterri à Istres dans le sud de la France. Aucun passager n’avait de symptômes de la maladie. Par mesure de sécurité, une période de confinement de 14 jours a tout de même été décrétée pour les ressortissants. Une quarantaine qui a lieu dans un centre de formation des pompiers à Aix-en-Provence et dans une résidence de vacances de Carry-le-Rouet.

Du côté des entreprises françaises et plus particulièrement des assureurs, on multiplie les mesures de précautions. Joint par téléphone par l’Argus de l’assurance, le groupe AXA a adopté des mesures pour protéger au mieux ses employés restés en Chine. Désormais, les salariés sont invités à travailler de la maison, les déplacements professionnels sont annulés dans les zones  des cas ont été signalés.

Generali a également décidé de stopper les voyages à destination ou en provenance de l’Asie. Des précautions pour les salariés mais aussi pour les entreprises : «  En cas de décès d’un salarié, la responsabilité de l’entreprise sur le fondement de la faute inexcusable et éventuellement celle du dirigeant pour faute de gestion pourraient être engagées » explique Mickael Robart, directeur des lignes financières chez Siaci Saint Honoré.

10% des entreprises françaises sont couvertes par les assurances

La crise du Coronavirus entraînent des pertes financières. Et malheureusement, les entreprises qui sont implantés à Wuhan ne pourront pas se tourner vers leurs assurances pour obtenir des indemnisations au titre de la perte d’exploitations car selon Mickael Robart « moins de 10% des entreprises françaises présentes en Chine sont couvertes ».

Sans les indemnisations au titre de la perte d’exploitations, les entreprises peuvent recourir à « des polices dédiées logées dans des captives d’assurance aux plafonds limités ». Les experts Siaci Saint Honoré estiment que si l’épidémie venait à s’arrêter d’ici fin février, les conséquences économiques seraient limitées.

Selon Le Monde, les Bourses chinoises ont dévissé d’environ 8% soit la baisse la plus importante depuis ces cinq dernières années : « L’indice a clôturé sur une chute de 7.72%  à 2 746,61 points tandis que la Bourse de Shenzen finissait en repli de 8,41% à 1 609,00 point » relate le journal.

Aujourd’hui encore, la Chine continue de tourner au ralenti. A Pékin, les quartiers d’affaires sont déserts. Il faut dire que de nombreuses sociétés incitent les salariés à faire du télétravail. Pour les employés qui osent entrer dans les immeubles, des contrôles de température corporelle sont pratiqués. Par ailleurs, le gouvernement chinois a décidé d’accorder des jours de congés supplémentaires aux habitants afin de les inciter à rester chez eux.

De son côté, le ministre allemand a annoncé la tenue d’une concertation des pays du G7 afin d’apporter une réponse uniforme à cette crise du Coronavirus.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES