Assurance - divers

19e édition de la semaine européenne de la mobilité : zéro émissions pour tous !

Publié par le , Mis à jour le 22/09/2020 à 14:21

Le développement du vélo permet de réduire l'empreinte carbone

Du 16 au 22 septembre, se déroule la semaine européenne de la mobilité. En cette année 2020, nous fêtons sa 19e édition. L'année dernière, l'accent avait été mis sur la marche et le cyclisme ; cette nouvelle édition s'articule autour du thème de la mobilité propre. On trouvera notamment au programme une journée sans voiture imposée.

Le thème de cette année : « European Mobility Week : Zero-emission mobility for all »

La semaine européenne de la mobilité est déjà bien entamée : depuis le mercredi 16 septembre et s'achèvera le mardi 22 du même mois. Cette année, le titre parle à nouveau : « European Mobility Week : Zero-emission mobility for all » (ndlr : « Semaine européenne de la mobilité : une mobilité à zéro émission pour tous). Cette thématique vient appuyer le très grand objectif de l'Union Européenne (UE), exprimé par Ursula von der Leyen, président de la Commisson européenne, durant la présentation du Pacte vert Européen. Cet objectif : aboutir à une Europe neutre en carbone d'ici 2050.

Cette nouvelle semaine européenne de la mobilité a également d'autres objectifs : « souligner l'importance de l'accessibilité aux transports zéro émission et à promouvoir un cadre inclusif, impliquant tout le monde », tel que l'on trouve sur le site du gouvernement. Les citoyens sont donc invités à réduire leur empreinte carbone pour contribuer à atteindre tous ces objectifs.

L'initiative est européenne et sera, en France, dirigée par le ministère de la Transition écologique ainsi qu'avec l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Assurland.com avait notamment invité l'un de ses ingénieurs, Mathieu Chassignet pour parler du cas du SUV. « La Semaine européenne de la mobilité 2020 encourage les citoyens et les autorités locales à prendre des mesures pour atteindre l'objectif à long terme d'un continent neutre en carbone », peut-on lire sur le site du ministère.

Les collectivités peuvent s'inscrire pour participer à cette semaine européenne de la mobilité

En tant que collectivité territoriale, association, entreprise ou école, vous pouvez vous inscrire à la semaine européenne de la mobilité. Cette initiative est en effet basée sur un appel à projets à destination des collectivités afin de leur donner l'occasion de mettre en exergue les solutions de transport alternatives à l'autosolisme, c'est-à-dire au fait de prendre sa voiture pour un déplacement seul. Sont notamment promus les modes de transport durables et l'aménagement de plans de déplacements doux.

Ainsi, pour participer à cette semaine, une collectivité doit au moins cocher l'une des cases ci-dessous :

  • organiser une semaine d'actions consacrée à la mobilité durable selon le thème ;
  • lancer et promouvoir durant la semaine une action pérenne consacrée à la mobilité durable ;
  • organiser une journée sans voiture.

À savoir qu'une ville respectant l'ensemble des critères sus-nommés sont éligibles pour les prix de la Semaine européenne de la mobilité.

Quelle mobilité pour les métropoles européennes ?

À la voiture se substituent dans les grandes villes européennes de plus en plus de solutions de mobilité alternatives ou « propres » : vélo, trottinette, roller, transports en commun et, bien entendu, la marche. À l'heure actuelle, 46 % des déplacements à Paris sont par exemple effectués à pied, 25 % en voiture, 25 % en transports et seulement 2 % à vélo, d'après les données de Statista. À Copenhague, ville bien connue pour ses projets cyclables, affiche 41 % de déplacements à vélo, 26 % en voiture, 27 % en transports publics et 6 % de marche. Rome fait figure de mauvaise élève avec 60 % des déplacements effectués en voiture, 20 % en transports, 18 % à pied et 2 % à vélo.

On voit donc que dans de nombreuses villes, le vélo reste marginal, mais pourrait tendre à se développer. En Île-de-France, de nombreuses mesures ont été adoptées entre la grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites et la crise de Covid-19. De plus en plus de pistes cyclables et des programmes tels que le RER Vélo sont en développement.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES