• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Facture salée pour les assureurs du Costa Concordia !

Publié par le , Mis à jour le 19/10/2012 à 18:02
L’ardoise va être salée ! Pour les compagnies d’assurance du Costa Concordia, c’est la catastrophe ! Le quotidien de référence Lloyd's List l'a estimée entre 600 et 800 millions de dollars (soit 467 millions d'euros à 622 millions d'euros). Cette facture devrait bien évidemment provoquer une hausse des primes d'assurance maritime.

Répartition de l’assurance du Concordia


L'assurance du bateau en elle-même représente 500 millions de dollars. Des grandes compagnies d'assurance, à l'instar de Generali, Allianz, Axa ou RSA, se sont partagées la couverture. Le nombre important de compagnies impliquées, directement ou via la réassurance, limite toutefois la part de chacun. La Lloyd’s, première bourse mondiale de l’assurance, estime que les différentes compagnies paieront entre 5 % et 10 % de la facture finale de l'assurance du Costa Concordia.

A l'assurance du navire s'ajoute la responsabilité de tiers, à savoir les indemnités qui devront être versées aux passagers et aux membres d'équipage. Il ne faut pas oublier aussi le coût des opérations de renflouement ou de démantèlement, ainsi que celui du nettoyage en cas de pollution. Là aussi la responsabilité est largement partagée. Le propriétaire Carnival devrait débourser 10 millions de dollars. Ensuite, les "P&I clubs" (Protection and Indemnity), petites mutuelles d'assurances spécialement créées par les armateurs pour se prémunir contre de pareils accidents, devraient prendre en charge autour de 70 millions de dollars.

Primes d’assurance maritime en hausse


En attendant,  l'échouage du Costa Concordia conduira à une augmentation des primes "catastrophes", comme l'a laissé entendre la Lloyd's.

L'année 2011 a été marquée par de nombreuses tragédies - le tsunami japonais, les inondations en Australie et le tremblement de terre en Nouvelle-Zélande. Conséquences directes : amputation des profits de la Lloyd’s, et augmentation des primes. Le marché des croisières devrait être particulièrement frappé. Si le commerce maritime est largement dominé par les tankers, les vraquiers et les porte-conteneurs, les croisières représentent un secteur d'activité en plein essor. Et c’est ainsi que ces immenses paquebots font courir des risques potentiels importants aux assureurs.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES