• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

L'heure est à la généralisation des comparateurs de prix

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 14:43
Qu’on se le dise, les comparateurs de prix sont à la fête sur la toile française ! C’est le principal enseignement d’une enquête IFOP/Atelier BNP Paribas réalisée auprès d’un millier de personnes. Reste que vous hésitez encore à utiliser les comparateurs d’assurance pour votre assurance auto, votre assurance moto ou votre assurance habitation.

Une pratique devenue courante

En partenariat avec l’IFOP, l’Atelier BNP Paribas a mené sa petite enquête pour découvrir ce que les Français pensent des comparateurs de prix. Réalisée auprès d’un échantillon de 1 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, cette étude témoigne d’un engouement bien réel pour la comparaison : 
• 92 % des personnes interrogées reconnaissent utiliser au moins un comparateur
• 78 % jugent que les comparateurs sont simples d’utilisation, 56 % louent leur précision, 55 % estiment qu’ils sont à jour et 54 % qu’ils sont dignes de confiance
• plus de 2/3 des Français disent faire moins confiance aux comparateurs de prix qui appartiennent à une seule marque et comparent leurs prix à ceux de la concurrence

Seul bémol de cette enquête, 60 % des personnes interrogées doutent de l’indépendance des comparateurs. Mais, paradoxalement, cela ne les empêche pas d’en avoir une bonne image (76 %).

Des comparateurs pour quoi faire ?

Comme son nom l’indique, un comparateur de prix permet d’opérer une comparaison des tarifs pratiqués par différents e-commerçants. Mais, concrètement, quels sont les produits concernés par cette pratique qui tend à se généraliser ?

L’enquête IFOP/Atelier BNP Paribas est à ce titre assez éclairante. Il apparaît ainsi que plus de 7 Français sur 10 utilisent de manière régulière un comparateur de prix pour comparer des voyages et des produits high-tech ou électroménagers. Ils sont aussi 49 % à opérer une comparaison du prix des denrées alimentaires.

Et l’assurance dans tout ça ? L’on apprend que les comparateurs restent assez peu utilisés pour les services d’assurance (36 %). Même constat pour les services financiers (33 %). Des pourcentages qui traduisent sans doute une fréquence d’utilisation moins importante.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES