Assurance divers

Le secteur de l'assurance va t-il connaitre un fort rebond ? Les prédictions de Swiss Re

Publié par le , Mis à jour le 19/07/2021 à 16:11

Comme le reste de l'économie, le secteur de l'assurance amorce sa reprise et pourrait même atteindre des niveaux historiquement haut, selon un rapport du réassureur Swiss Re. La demande d'assurances est en effet annoncée en hausse pour les années qui viennent, avec la clef une très probable hausse des cotisations des assurés.

La crise, une aubaine pour le secteur de l'assurance ?

Combien de temps un secteur met-il à se relever d’une crise ? Celui de l’assurance devrait très bientôt rebondir, d’après l’assureur et réassureur Swiss Re, et même atteindre potentiellement une dynamique jamais vue d’ici la fin de l’année 2022.

Selon un rapport publié mi-juillet par le réassureur suisse, les cotisations d’assurances au niveau mondial devraient grimper de 3,3% cette année et de près de 4% l’année prochaine (3,9%) : des prix dopés par une demande très forte de couvertures dans les années à venir.

La crise sanitaire n’est pas étrangère à cette embellie annoncée, au contraire : l’inflexion économique due au Covid-19 a convaincu nombre d’entreprises qu’il valait mieux être couvert a maxima contre tous les aléas possibles, y compris les plus inattendus. 

Conviction renforcée par le développement du risque cyber, qui est devenu particulièrement visible depuis un an, en prenant pour cible nombre de salariés en télétravail pour viser des organismes ou entreprises souvent liés au secteur de la santé. 

Ce risque est même désormais si stratégique que le ministère de l’Économie et des Finances a annoncé le 30 juin dernier le lancement d’un groupe de travail « portant sur le développement d'une offre assurantielle de couverture des risques cyber ». Son objectif : permettre une meilleure mesure de ce risque et adapter l’offre des assureurs en conséquence (un plan d’action en ce sens doit être présenté début 2022).

Des particuliers en quête de couvertures

Du côté des particuliers, c’est l’assurance santé qui connait une forte demande : les primes ont augmenté de près de 2% entre 2019 et 2020. Là aussi, c’est la pandémie qui est pointée du doigt : face aux risques liés à la santé, les assurés souhaitent être mieux et couvert ou de façon plus efficace à leurs yeux. 

Les cotisations des complémentaires santé enflent aussi mécaniquement depuis un an en raison du développement de nouveaux outils couteux, tels que la télémédecine ou la téléconsultation, mais aussi, de façon plus structurelle, en raison du vieillissement généralisé de la population.

Enfin, du côté des particuliers comme des entreprises, le réchauffement climatique et les catastrophes qui en résultent devraient aussi être à l’origine d’un recours croissant à l’assurance de biens, en particulier immobiliers. 

En tout, en 2020, on estimait le coût des catastrophes naturelles entre 1,35 et 1,65 milliard d'euros en France. À l’échelle mondiale, on en dénombrait 980 pour un coût de 210 milliards d’euros pour les assureurs : des sinistres de plus en plus fréquents et de plus en plus coûteux. Une urgence qui pousse les particuliers à s’assurer et les assureurs à s’engager en faveur du climat. 

L'assurance vie, un totem assurantiel bousculé

Mis bout-à-bout, ces segments amenés à connaitre une forte croissance pourraient conduire le marché mondial de l’assurance à peser plus de 7 000 milliards de dollars de cotisations à l’horizon 2022. Au sein de cette économie, les trois premiers marchés de l’assurance resteraient dans l’ordre les États-Unis, la Chine et le Japon. En revanche, la crise a fait reculer la France sur ce point : le marché hexagonal est passé en 2020 du cinquième au sixième rang mondial derrière le Royaume-Uni (quatrième) et l’Allemagne (cinquième).

Ce décrochage s’explique notamment par la chute constatée du côté de l’assurance vie l’année dernière : le marché à reculé de 20%, avec une chute des primes de 4,4% et huit mois d’affilée de décollecte nette. En période de crise, les épargnants préfèrent en effet conserver leurs économies sur des comptes « à vue » ou « liquide », c’est-à-dire à portée de retrait. Mais la collecte est repartie à la hausse depuis le début d’année, en particulier en mai dernier, avec un mois record.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}