• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Les activités périscolaires vont coûter cher

Publié par le

Déployée progressivement dans l’Hexagone depuis deux années, la réforme des rythmes scolaires s’est traduite par l’apparition de nouvelles activités périscolaires dont le financement incombe aux municipalités. Toutefois, les parents sont de plus en plus fréquemment mis à contribution. Explications.

Une participation parentale symbolique

Si l’on en croit une étude récemment publiée, plus de la moitié des communes de France qui ont mis en place des activités périscolaires demandent aux parents d’enfants scolarisés de contribuer financièrement.

Si cette participation des parents varie selon le quotient familial et revêt le plus souvent un caractère symbolique - il s’agit en général de quelques dizaines d’euros par an - les communes françaises sont de plus en plus nombreuses à espérer une contribution plus importante.

Des communes sollicitent l’Etat

Par exemple, à Villeneuve-lès-Avignon, commune située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon, cette participation des parents représente un forfait annuel d’un montant de 128 euros par enfant scolarisé. Ce montant est toutefois susceptible de varier selon le quotidien familial.

En outre, il faut savoir que les pouvoirs publics ont mis en place un fonds de soutien au développement des activités périscolaires. Mais, ce dispositif ne joue qu’à hauteur de 50 euros par an et 7 000 communes ont déjà sollicité un « coup de pouce » financier pour la mise en œuvre de la réforme.

Pour une rentrée sereine, il ne faut pas oublier de souscrire une assurance scolaire. Cette couverture permettra à vos enfants de poursuivre une scolarité sans tracas et de bénéficier d’une prise en charge si nécessaire.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES