Les déchets liés au Covid envahissent les océans

Publié par Astrid Verdun le 11/01/2022 à 16:46 , Mis à jour le 21/01/2022 à 00:00

Selon une étude scientifique, des tonnes et des tonnes de déchets liés à la pandémie se retrouvent dans l’océan depuis 18 mois. Ils représentent alors une véritable pollution plastique et une menace pour la vie animale.

Covid et pollution : des chiffres alarmants

Depuis le début de la pandémie, la priorité est de se protéger et de suivre des protocoles sanitaires, alors le “tout jetable” est devenu presque essentiel. Une étude publiée dans la revue de l’académie des sciences états-unienne (Pnas) en novembre 2021 montre que les blouses médicales, les masques et les emballages plastiques s’accumulent jusqu’à la pollution. On y apprend qu’entre mars 2020 et août 2021, 26 000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie sont arrivés dans l’océan. D’après Reporterre, cela représente le poids de 2 500 bis ou d’un troupeau de 4 500 éléphants.

Dans les mers, on distingue quatre types de déchets : 

  • les déchets hospitaliers qui représentent l’écrasante majorité avec 87,4 % ;
  • les kits de dépistage de virus qui sont à 0,3 % ;
  • les équipements de protection individuels comme les masques à 7,6 % ;
  • les surplus d’emballage liés à l’explosion du commerce en ligne à 4,7 %.

Yanxu Zhang, l’un des auteurs de cette étude, donne plus de détails à Reporterre : “La raison pour laquelle les hôpitaux génèrent davantage de déchets est simple. Un masque ne pèse que cinq grammes. Le matériel médical (bouteilles, draps, gants, écrans faciaux, housses etc.) est en comparaison bien plus lourd”.

Une menace pour la vie animale

Il apparaît à travers cette étude que 46 % des déchets plastiques “mal gérés” sont produits en Asie, suivie par l’Europe (24 %), et le continent américain (22 %). Cela révèle que les pays en voie de développement comme l’Inde, la Chine ou le Brésil gèrent moins bien le traitement des déchets médicaux.

Pour les chercheurs, cette pollution liée à la pandémie va certainement avoir un impact durable sur l’océan. En effet, ils estiment que d’ici la fin du siècle 28,8 % des déchets se retrouveront dans les fonds marins et 70,5 % sur les plages. Cela conduit évidemment à de graves conséquences pour la biodiversité. Poissons, manchots… On retrouve déjà certains d’entre eux morts, ayant ingéré un de ces déchets.Yanxu Zhang est réaliste sur la situation : “Il est peu probable que nous parvenions à résoudre ce problème en peu de temps, en particulier à cause du manque de ressources disponibles. La situation pourrait cependant être améliorée en sensibilisant le public aux conséquences de la mauvaise gestion de ces déchets.”

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES