Assurance - divers

Les mutations du secteur de l'assurance séduisent les 25-34 ans

Publié par le

Les assurances à la demande séduisent les jeunes

Une étude menée par Mazars et OpinionWay montre que les 25-34 ans se disent enclins à souscrire à une assurance à la demande. Une jeune génération qui est également plus au fait des mutations du secteur.

Attentes traditionnelles et besoin d’innovations

« Je sais pas si vous êtes au courant mais le monde, il vous attend pas, le monde il bouge et il bouge vite ! ». Si à travers cette réplique OSS 117 entendait réveiller une jeunesse qu’il jugeait trop attentiste, la dernière étude menée par Mazars et OpinionWay nous affirme que cette jeunesse est bien consciente de ces mutations. Bien plus que les autres du moins. D’après cette enquête, les 25-34 ans sont plus informés, mais aussi plus attirés vers les nouveautés proposées par le secteur de l’assurance. Parmi l’ensemble des nouveaux services, l’assurance à la demande est le plus plébiscité par cette nouvelle génération. Les 25-34 ans sont ainsi 73 % à se déclarer prêts à souscrire à une assurance à la demande.

« Les 25-34 ans sont ceux qui plébiscitent le plus l’assurance à la demande (73%). Cette génération est porteuse d’un mouvement de fond. Elle exprime en effet à la fois des attentes traditionnelles, mais aussi un besoin d’innovations et de nouveaux services digitalisés. Face à ces profonds changements, le secteur de l’assurance doit accélérer sa transformation pour repenser totalement l’expérience client en alliant à la fois physique et digital. L’agilité et la coopétition avec les startups issues de l’insurtech notamment est primordiale. » analyse Vincent Morez, Associé secteur Assurance chez Mazars.

Ces attentes traditionnelles se manifestent notamment par la place accordée aux conseillers. Tous âges confondus, les Français sont 57 % à déclarer ne pas pouvoir se passer de conseiller pour souscrire une assurance. Près de la moitié (45 %), privilégie ainsi une rencontre physique pour une nouvelle souscription, ou ne serait-ce que pour une prise d’information. Les outils numériques apparaissent dès lors comme une amélioration du service et non comme un substitut du conseiller. Parmi ces outils, internet est utilisé par 30 % des Français, l’e-mail par 30 % et les outils de type chatbot par 7 %.

Pratiques ponctuelles : les Français insatisfaits de leur couverture

Parmi les nouveautés du secteur de l’assurance, l’assurance à la demande est certainement l’une des plus attendues. Si ce sont majoritairement les 25-34 ans qui se disent enclins à souscrire à ce type d’assurance, elle apparaît comme une solution évidente pour l’ensemble des français. Selon l’étude, les Français sont en effet insatisfaits de leur couverture pour ce qui est des pratiques ponctuelles ou émergentes. Par ces nouvelles pratiques l’étude entend parler des nouvelles mobilités ou encore d’évènements exceptionnels.

IA et assurtech : entre craintes et méconnaissance

Les mutations du secteur de l’assurance et innovations qu’elles impliquent peuvent néanmoins créer quelques réticences. Les Français apparaissent notamment méfiants vis-à-vis des solutions d’assurance intégrant l’usage d’intelligences artificielles. Une IA pourtant utilisée par bon nombre d’assurtech. Un point qui ne dérange pas les Français, au simple titre que ces derniers sont très peu nombreux à en avoir déjà entendu parler. Seuls 12% des Français auraient en effet ne serait-ce qu’entendu parler des assurtech et autres fintech. Si l’ancrage des assurtech dans le paysage prendra donc du temps, la situation pourrait s’améliorer rapidement au vu des levées de fonds record que ces dernières réalisent. Autre point positif pour ces entreprises s’appuyant sur les nouvelles technologies : si 9 % des assurés connaissent le terme « assurtech », la part augmente à 21 % pour les moins de 35 ans. Une jeune génération bien plus au fait de ces nouveautés.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES