• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Loi Hamon : +16 % pour les contrats résiliés

Publié par le , Mis à jour le 19/11/2015 à 11:33
1672 vues 1 réaction Note

Le dispositif de la loi Hamon qui facilite la résiliation de l’assurance auto, moto ou habitation aurait contribué à une hausse de la « volatilité » des assurés français. Tel est le principal enseignement d’une enquête récemment dévoilée par l’institut Arcane Research et évoquée par l’Argus de l’assurance. Explications.

9 % des assurés auto ont changé

La loi Hamon n’a pas entraîné une explosion du nombre des résiliations en assurance voiture. Toutefois, l’étude menée par Arcane Research laisse apparaître que le nombre des personnes ayant décidé de changer de compagnie d’assurances a bondi de 16 % au cours des douze derniers mois. Plus précisément, ce sont 9 % des assurés auto qui ont changé d’assureur.

On note aussi une hausse de 6 points de la « praticité de résiliation ». Mais, cela n’est guère étonnant puisque la loi Hamon prévoit qu’il appartient au nouvel assureur de se charger des formalités relatives à la résiliation des contrats d’assurance.

Pourquoi résilier ses assurances ?

L’enquête Arcane Research signale également que la garantie bris de glace apparaît comme la garantie la plus convoitée par les assurés qui souhaitent résilier. Elle devance l’assurance tous risques et la garantie vol du véhicule.

Enfin, le tarif d’assurance lorsqu’il est avantageux constitue le premier motif de résiliation devant le mécontentement ressenti par l’assuré.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
De 9 à 16%, il a 7% de différence. Celle-ci est elle due aux résiliations d'autorité des contrats par les assurances. Qui jettent leurs clients comme de vielles chaussettes, pour parler poliment. Sans aucun ménagement ni aucune communication d'aucune sorte. Ce qui contraste très fortement avec les publicités accrocheuses. Y-a-t-il un lien avec la loi Hamon, en réaction à celle-ci? Ou bien, est-ce une nouvelle tendance où le mépris de la vache à lait (le client) devient de plus en plus ostensible? Je pense qu'en matière d'assurance, les statistiques financières ont un pouvoir écrasant par rapport à la simple communication client, dont l'écoute doit être considérée comme une perte sèche. Un réponse circonstanciée me ferait plaisir. Merci d'acance.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES