Luko rachète une assurtech allemande, Coya

Publié par Quentin Bas Lorant le 20/01/2022 à 16:10 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Petit à petit, l’oiseau, comme la start-up, fait son nid. Fondée en 2018, l’assurtech Luko va franchir une nouvelle étape décisive pour son développement en faisant l’acquisition de Coya, une autre néoassurance basée en Allemagne.

« Lukoya »

D’abord, ce rachat, même si le montant n’a pas été communiqué, montre tout le poids acquis par Luko au sein du marché de l’assurance en ligne en Europe, pour avoir la capacité d’absorber un concurrent fort de 80 000 assurés.

Il faut dire que la jeune pousse française a connu une croissance fulgurante, en dépassant le cap de 200 000 assurés l’année dernière, après une levée de 50 millions d’euros fin 2020. Au menu de ce tour de table figurant notamment le développement de l’entreprise en Europe, et le lancement de nouveaux produits qui ont vu le jour depuis (notamment une assurance « immeuble » pour les PNO, et une assurance emprunteur l’été dernier).

Pour ce qui est du développement hors de ses frontières, l’absorption de ce concurrent allemand va offrir à Luko un nouveau marché très dynamique outre-Rhin. En 2019, les assuretch allemandes avaient levé presque trois plus nos pépites françaises. L’été dernier, la jeune pousse Wefox avait à elle seule réalisé une levée record de 650 millions d’euros.

Avec l’Allemagne, Luko ajoute un européen parmi ses filiales, sachant qu’elle était déjà présente en Espagne depuis l’année dernière. C’est désormais sous le nom de Luko Insurance que la maison mère administrera ses succursales sur le continent.

Luko va devenir assureur à part entière

Mais au-delà de la promesse d’une ouverture à l’international, l’acquisition de Coya va également permettre à Luko de faire fi d’une lourde contrainte administrative : l’obtention de l’agrément de l’ACPR. Une démarche obligatoire pour pouvoir exercer en tant qu’assureur en France. 

La plupart des assurtech présentes sur notre marché n'en disposent pas actuellement, et agissent donc comme courtiers adossés à des compagnies d’assurance agrémentés (dans le cas de Luko, il s’agissait de Wakam, ex La Parisienne Assurances).

Or, il est également possible de devenir assureur en France en présentant simplement un passeport d’assureur européen, ce dont dispose Coya et que Luko avec ce rachat va pouvoir obtenir. Agir en tant qu’assureur facilitera grandement la stratégie de croissance de la jeune pousse, qui pourra lancer ses propres produits plus rapidement et conserver ses « secrets de fabrication ».

Surtout, son gain de taille et son agrément devraient pouvoir ouvrir la voie à des investissements de taille pour les exercices à venir. Luko mise notamment beaucoup sur l’intelligence artificielle, et prévoit en particulier la conception d’objets connectés à destination des assurés qui permettront de calculer avec plus de précision leur prime d’assurance, et de prévenir certains sinistres.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES