• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance - divers

Présidentielle 2017 : les assureurs votent Macron !

Publié par le

Présidentielle 2017 : le candidat d'En Marche préféré à Le Pen par les assureurs

En attendant le second tour de l’élection présidentielle qui aura lieu le 7 mai prochain, l’heure est aux ralliements et, à ce petit jeu, Emmanuel Macron apparaît largement en tête. Dans le monde de l’assurance, le candidat du parti « En Marche » fait l’unanimité, de la Mutualité Française à Bernard Spitz en passant par Pascal Demurger. Coup de projecteur.

Un « sursaut pour la France » avec Emmanuel Macron

Après le fondateur d’AXA, Claude Bébéar, c’est au tour de Bernard Spitz, président de la Fédération Française de l’Assurance (FFA), principal organisme de représentation professionnelle des entreprises d’assurance, d’apporter son soutien à Emmanuel Macron dans le duel qui l’opposera bientôt à Marine Le Pen, candidate du parti d’extrême-droite « Front national ».

Dans une tribune publiée dans Le Cercle des Echos et relayée par L’Argus de l’assurance, Bernard Spitz estime que les résultats du premier tour de l’élection présidentielle témoignent de la « fin d’un cycle » et du « début d’une nouvelle ère » pour notre pays. Et l’intéressé d’appeler de ses vœux un « sursaut pour la France » incarné par Emmanuel Macron.

 

 

« Repousser la tentation de l’extrême droite » selon la FNMF

Au 1er tour, la Mutualité Française n’a émis aucune consigne de vote. Mais, eu égard au verdict des urnes, elle a récemment communiqué sur son positionnement pour la prochaine échéance du 7 mai.

Ainsi, le président de la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF), Thierry Beaudet, a déclaré qu’il ne pouvait qu’appeler à « faire barrage au Front national », « à repousser la tentation de l’extrême droite, de l’exclusion et de la discrimination ». Autant de périls aux antipodes des valeurs et actions de la Fédération qui, rappelons-le, regroupe la majorité des mutuelles de santé existant en France.

 

 

Notez aussi que la Mutualité Fonction Publique (MFP) rassemblant la majorité des mutuelles de la fonction publique a adopté la même position par la voix de son président, Serge Brichet, qui a évoqué ces « moments dans la vie militante » où il est impératif de « sortir d'une position de neutralité » afin d’éviter qu’elle ne devienne une « posture coupable ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES