Assurance divers

Réchauffement climatique : les prévisions alarmantes de Météo France auront-elles un impact sur les assurés ?

Publié par le , Mis à jour le 05/02/2021 à 13:25

Si rien n’est fait, le réchauffement climatique pourrait toucher durement la France. Météo France et l’institut Pierre Simon Laplace ont dévoilé des prévisions alarmantes de notre climat d’ici à 2100. Des prévisions qui pourraient avoir un impact sur les assurances.

Jusqu’à 4 degrés supplémentaires en 2100 dans le pire des scénarios

Des canicules, des nuits tropicales fréquentes, des régions montagnardes davantage affectées … Météo France et l’institut Pierre Simon Laplace ont dévoilé des prévisions très alarmantes de notre climat si la lutte contre le réchauffement climatique ne s’accélérait pas.

Selon les projections de Météo France la température moyenne pourrait grimper de 4 degrés d’ici 2100 en France. Des simulations ont été effectuées à partir de trois scénarios à trois échéances : 2050, 2070 et 2100.

Dans le meilleur des scénarios, la France atteint la neutralité carbone vers 2070 et le mercure pourrait monter de 1 degré. Deuxième hypothèse, les émissions de gaz à effet de serre commencent à diminuer à partir de 2050 et le réchauffement serait alors de 2 degrés. Dernier scénario, rien n’a bougé. La France s’exposerait alors à une augmentation des températures de 3,9 degrés par rapport à la période 1976-2005. L'été, le mercure pourrait même grimper de 6 degrés supplémentaires.

Quoi qu’il en soit, les hausses de température auront un impact sur les évènements météorologiques.

D’ici 2100, la canicule pourrait s’accentuer en France. Un phénomène qui pourrait être multiplié par 5 ou même 10 dans le pire des cas. Elle pourrait, par exemple, durer plus d’un mois dans le quart Sud-Est.

Les nuits tropicales vont aussi s’intensifier. Les villes de Paris et Lyon pourraient être touchées dans les 30 prochaines années et le phénomène pourrait durer plusieurs mois. Le thermomètre pourrait afficher plus de 20 degrés au moins 90 nuits par an. La pluie serait aussi plus présente sur le territoire « entre 2% et 6% » selon les différents scénarios. Elle pourrait augmenter de 9% à 20% durant la période hivernale et chuter de 22% durant l’été dans le pire des cas.

Les catastrophes naturelles coûtent entre 700 et 900 millions aux assurances

Le réchauffement climatique serait davantage marqué dans le Sud et dans les montagnes. La Bretagne et les Hauts-de-France pourraient être les régions les moins touchées. A l’inverse, l’Arc méditerranéen, la vallée de la Garonne ou encore le couloir rhodanien pourraient souffrir de la canicule avec des périodes qui pourraient s’étaler sur les deux mois d’été.

Des prévisions qui font bouger les institutions. L’Assemblée nationale vient d’ailleurs de voter à l’unanimité une réforme du régime des catastrophes naturelles. Le texte prévoit notamment la modulation des franchises, l’inclusion dans régime des frais de relogement pour tous ou encore une indemnisation plus rapide.

Olivier Moustacakis, cofondateur d’Assurland rappelle que les catastrophes naturelles coûtent entre 700  et 900 millions par an aux assurances et « pourraient peser 23 % de plus sur le régime des catastrophes naturelles d’ici à 2050 selon un des scénarios les plus pessimistes de la Caisse centrale de réassurance. ».

Quelles conséquences pour les assurés?

Le dérèglement climatique aura vraisemblablement des conséquences pour les assurances. Aujourd’hui, les assurés participent au régime Cat’Nat.

En effet, un taux de 12% est d’ores et déjà prélevé sur les contrats habitation. Un taux qu’il faudrait augmenter d’ici 2030 pour pérenniser le régime.

Il y a donc fort à parier que les assurances soient dans l’obligation d’augmenter le coût des cotisations les prochaines années.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES