Assurance auto

« Gilets jaunes » : la hausse des taxes sur le carburant suspendue

Publié par le , Mis à jour le 06/12/2018 à 14:25

« Gilets jaunes » : les annonces d'Edouard Philippe

Mise à jour au 06/12/2018 : L'Elysée a annoncé que la hausse des taxes sur les carburants n'était pas « suspendue, ni différée », mais bien « annulée » pour l'année 2019.

 

Alors que la mobilisation des gilets jaunes s’intensifie, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé un moratoire sur la hausse de fiscalité sur les carburants. L’alourdissement des conditions de contrôle technique sur les automobiles est également reporté.

Un moratoire sur la hausse de fiscalité sur les carburants

Un recul ne satisfera toutefois pas les gilets jaunes. Le Premier ministre a annoncé mardi 4 décembre un ensemble de mesures pour tenter de sortir de la crise des gilets jaunes. « Nous devons changer quelque chose » a d’ailleurs reconnu le chef du gouvernement. Pour apaiser la situation et tenter de renouer le dialogue, Edouard Philippe a dans un premier temps annoncé un moratoire sur la hausse de fiscalité sur les carburants.

Concrètement, le gouvernement a décidé de suspendre pour six mois rois mesures fiscales devant entrer en vigueur le 1er janvier 2019 : la hausse de la taxe carbone sur l'essence, le fioul et le diesel, la convergence de la fiscalité du diesel avec celle de l'essence et la hausse du gazole pour les professionnels. « Nous voulons dans ce laps de temps identifier et mettre en œuvre des mesures d'accompagnement justes et efficaces. Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences », a indiqué le Premier ministre.

Outre les mesures fiscales, le gouvernement a décidé de reporter l’alourdissement des conditions de contrôle technique sur les automobiles. Edouard Philippe a ainsi expliqué avoir « entendu l’inquiétude sur les modalités du contrôle technique, qui le compliquent et le rendent plus cher ».

Les gilets jaunes restent méfiants

Face à ces multiples annonces les gilets jaunes ne cachent pas leur méfiance. Laëtitia Dewalle, porte-parole des gilets jaunes dans le Val d'Oise a notamment indiqué sur BFM-TV que ce moratoire est « un préalable, maintenant on attend la suite pour savoir ce qui va se passer ». « La hausse (des prix) du carburant était l'une de nos premières revendications au moment où tout s'est lancé à la mi-octobre mais les revendications sont devenues beaucoup plus larges. On attend des gestes un peu plus concrets », a-t-elle ajouté. Les appels à se mobiliser sont donc maintenus.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES