2021 : année la moins meurtrière sur les autoroutes

Publié par Quentin Bas Lorant le 27/07/2022 à 17:27 , Mis à jour le 28/07/2022 à 16:24

En 2020, à l’occasion des confinements, le nombre d’accidents sur les routes françaises a diminué de plus de 20%. Cette tendance semble s’être poursuivie en 2021, malgré le reflux de la pandémie, à en croire les chiffres publiés par l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (Asfa) ce 27 juillet. 

La baisse de l'accidentalité s'est poursuivie l'année dernière

Pour rappel, cette association professionnelle regroupe les sociétés du secteur de la concession et de l'exploitation des réseaux d’autoroutes. Avec ses 21 membres, qui gèrent 9 000 des 12 000 kilomètres d’autoroutes françaises, elle fournit une représentation assez exhaustive de l’état de la sécurité routière sur les axes payants.

D’après les données communiquées, 131 personnes ont perdu la vie sur le réseau autoroutier l’année dernière. C’est quatre de plus qu’en 2020. Cela signifierait-il que malgré la reprise du trafic, les autoroutes seraient devenues plus sûres ? La comparaison avec la dernière année de référence, 2019, plaide pour cette conclusion, avec 23 décès de moins en 2021.

Si on rapporte ce nombre à l’ampleur du trafic, les signes sont également encourageants : 2021 serait tout simplement l’année la moins meurtrière depuis vingt ans, donc quasiment du siècle, avec « seulement » 1,2 accident par milliard de kilomètres parcourus, selon le rapport transmis.

Les causes des accidents ne changent pas

En revanche, malgré cette forte diminution, les causes des accidents changent, eux, peu avec les années. Entre 2017 et 2021, ce sont toujours les consommations d’alcool, de drogues et de médicaments, qui arrivent en tête des facteurs d’accidents (en étant à l’origine de plus de 27% des sinistres). 

Les principales victimes de ces accidents meurtriers sont des automobilistes masculins de moins de 35 ans : ils ne représentent que 19% des conducteurs sur autoroutes, mais sont impliqués dans 28% des accidents mortels, en particulier les week-ends (retours de fêtes). Derrière, on retrouve les facteurs d’accidents suivants : 

  • Somnolence et fatigue à 19,3%
  • Le dépassement des limites de vitesse à 18,5%
  • L’inattention (dont téléphone au volant) à 12,6%
  • La présence de piétons à 11,8%
  • Les manœuvres dangereuses à 10,1%
  • Les contresens et reculs à 3,4%.

Il faut noter que le sur-accident est également à l’origine d’environ 1 accident sur 5 en 2021, soit autant que la somnolence et le dépassement des vitesses autorisées. De plus, le risque d’accident mortel est quatre fois plus élevé de nuit. 

Quel bilan à la mi-année 2022 ?

Maintenant que le premier semestre 2022 s’achève, la question de la confirmation de la tendance 2021 se pose. Déjà, en fin d’année en dernière, la mortalité remontait, d’après les chiffres de la sécurité routière.

Selon l’ASFA, au 1er juin, 75 personnes ont déjà trouvé la mort sur les autoroutes françaises cette année, soit déjà plus de la moitié que sur l’ensemble de l’année 2021. Serait-ce la fin de l’effet Covid ? Peut-être, mais d’autres facteurs pourraient entrer en jeu et agir positivement sur l’accidentalité, comme la hausse du coût des carburants.

Cette réalité qui se fait sentir depuis bientôt un an pourrait à terme faire baisser le nombre de sinistres, en contraignant les Français à moins prendre le volant, faute de moyens financiers suffisants. Comme constaté durant la pleine crise du Covid, une baisse de la fréquentation des routes entraîne presque mécaniquement une baisse de l’accidentalité, avec, là aussi à terme, une potentielle baisse des cotisations d'assurance

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES