Assurance auto

90 millions d'euros du gouvernement pour développer la voiture à hydrogène en France

Publié par le , Mis à jour le 17/02/2020 à 16:04
599 vues 1 réaction Note

La Toyota Mirai est la première voiture à être uniquement proposée en version hydrogène

Un peu moins de deux mois après le nouveau record de distance de Bertrand Piccard en voiture à hydrogène avec un Hyundai Nexo, le gouvernement français a annoncé un plan à 90 millions d'euros pour stimuler la recherche et le développement autour de l'hydrogène. Cette technologie attire de plus en plus de constructeurs automobile, en particulier est-asiatiques.

Un fonds de 90 millions d'euros pour développer la filière hydrogène française

Après son record de distance en Hyundai Nexo à hydrogène (778 km en un seul plein !), Betrand Piccard, psychiatre, aéronaute suisse et président de la Fondation Solar Impulse exhortait les pouvoirs en place à s'engager davantage sur cette technologie. « Il appartient désormais aux décideurs politiques de délivrer leurs promesses », écrivait-il alors dans les colonnes Huffington Post le 26 novembre dernier.

Et il semblerait bien que ces allégations ne soient pas tombés dans l'oreille d'un sourd ! En effet, le ministère de la Transition écologique et solidaire a consacré un fonds de 90 millions pour développer l'hydrogène. Il est scindé en deux parties :

  • 11 millions d'euros seront consacrés aux usages industriels de l'hydrogène (pétrochimie et agro-alimentaire) ;
  • 80 millions seront dédiés à développer un « complémentaire de la mobilité électrique ».

Le gouvernement a donc lancé un appel d'offre, puis sélectionné vingt candidats pour partager ces 90 millions. Parmi les multiples projets autour de cette technologie, on trouve notamment des bus à hydrogène pour les villes de Dijon, Châteauroux, Montpellier ainsi que Lyon et la région de l'Artois. Du côté de Paris, il y aura l'entreprise HYPE et sa flotte de taxis à hydrogène. Des entreprises comme H2V Corstyrene, une entreprise industrielle corse qui fabrique des produits isolants pour bâtiment, ou encore de logistique sont également de la partie.

Outre ces quelques projets, le fonds servira également à construire 43 stations services hydrogène (objectif : 100 installations d'ici à 2023 ; il n'y en a qu'une dizaine aujourd'hui en France) et 158 poids lourds à hydrogène (objectif : 200 en 2023). À savoir que le ministère de la Transition écologique a fait de nouveaux appels d'offre, qui devraient amener à de nouveaux projets vers la fin de l'année 2020.

Le principe de l'auto à hydrogène

Mais pourquoi l'hydrogène intéresse-t-il autant ? La voiture à hydrogène est-elle si séduisante ? En quoi consiste cette technologie ? Tout d'abord, il faut bien comprendre que la « voiture à hydrogène » est en fait une voiture électrique, qui roule grâce à un moteur électrique, alimenté par une pile à combustible. Cette même pile est fournie en énergie grâce à de l'hydrogène stocké sous forme de gaz dans des bonbonnes à l'arrière du véhicule.

L'hydrogène se diffuse vers l'avant du véhicule par le flux d'air extérieur entrant lorsqu'il roule. Un échange d'électrons est de facto généré et charge la pile. Le seul rejet de la voiture à hydrogène est donc de l'eau sous forme liquide. Et c'est tout ! Aucune émission polluante !

Une alternative « propre » à l'électrique ?

Seulement voilà, l'hydrogène a aussi ses défauts. Outre le mauvais maillage en stations de recharge, problème qui devrait tendre à se résoudre avec le temps et les investissements, l'hydrogène peut être dangereux. En effet, les bonbonnes sous sont très forte pression et présentent de gros risques en cas d'explosion. On vous laisse donc imaginer les effets potentiels en cas d'accident à grande vitesse sur l'autoroute...

Mais par rapport à l'électrique, l'autonomie affichée est bien supérieure, le plein peut être effectué en 3 à 5 minutes seulement, la pile à hydrogène est plus petite qu'une batterie pour motorisation électrique classique, donc nécessite moins de lithium, un métal lourd dont l'extraction garde un grave impact environnemental... En tout cas, il semble que des marques telles que Toyota et Hyundai s'y intéresse fortement. Le Japonais a lancé des recherches sur cette technologie il y a quelques années déjà et un modèle entièrement dédié à l'hydrogène, la Mirai n'existe qu'avec une alimentation à hydrogène. La volonté du gouvernement de placer des acteurs français sur ce segment semble donc tout à fait d'actualité, surtout que les constructeurs automobile français sont en retard dans le domaine.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
prod'homme 03/02/2020 à 13:36
l'hydrogène oui mais provenant de l"eau inépuisable et non du pétrole

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES