Assurance auto

Argus Conseil décrypte le comportement du client automobile

Publié par le , Mis à jour le 08/03/2018 à 16:15

Les Français préfèrent vendre leur automobile à un professionnel

A travers sa nouvelle étude intitulée « Comportements auto 2017 », Argus Conseil s’est particulièrement intéressé au comportement du client automobile. Ce décryptage s’effectue à travers 4 angles différents : l’achat du véhicule, sa revente, les rapports avec la distribution automobile ainsi que la manière dont sont perçus la mobilité et l’avenir de la voiture. Coup de projecteur.

L’achat de l’automobile

Agence de conseil dans la distribution automobile, Argus Conseil a pu réaliser une enquête d’envergure auprès d’automobilistes en phase d’achat ou de vente d’une voiture via Largus.fr, premier site automobile grand public de France.

Si l’on s’intéresse à l’achat de l’auto, le SUV, qu’il soit moyen, grand ou petit, apparaît toujours aussi populaire, et ce, au détriment des citadines, polyvalentes et autres compactes. D’ailleurs, Argus Conseil estime que la citadine devrait se raréfier chez les marques généralistes, mis à part sur le low-cost et le premium. L’offensive des SUV devrait quant à elle se poursuivre en 2018 avec de nombreux modèles comme la Kia Stonic, la Skoda Karoq ou la Hyundai Kona.

En matière d’achat automobile, l’étude « Comportements auto 2017 » s’intéresse aussi à la vente en ligne d’automobiles. Si elle est encore balbutiante, l’offre existe bel et bien sur Internet. Malgré tout, 56 % des automobilistes sollicités se disent réticents à toute forme de vente en ligne, 30 % font part de leur besoin d’essayer le véhicule avant achat et 15 % se disent ouverts à l’achat d’un véhicule motorisé 100 % en ligne. A noter enfin que la perspective d’un gain financier constitue l’élément le plus décisif susceptible de faire basculer les automobilistes vers l’achat sur Internet.

 

argus-auto-achat-automobile

 

La revente de la voiture

Au moment de revendre leur voiture, les Français se répartissent de manière équitable entre la revente auprès de particuliers et la revente auprès de professionnels.

Beaucoup d’automobilistes sondés apparaissent plus enclins à vendre leur véhicule à un professionnel en raison de la sécurité transactionnelle que cela implique. Mais, la perspective d’un gain financier plus important en vendant la voiture à un prix plus élevé motive la vente à un autre particulier.

Argus Conseil évoque aussi l’apparition de nombreux outils qui se proposent d’aider et d’accompagner les particuliers dans leurs démarches afin de simplifier la revente d’un véhicule motorisé. Toutefois, l’agence considère qu’en la matière, l’offre manque encore de structuration.

 

argus-auto-revente

 

La distribution automobile

Vous en conviendrez sans doute, l’essai du véhicule correspond généralement à ce moment clé où le client décide (ou non) de sauter le pas et d’acheter une automobile.

Même si cet instant apparaît assez fondamental, l’étude « Comportements auto 2017 » de l’agence Argus Conseil signale qu’il s’agit d’un moment difficile pour un quart des acheteurs. Autrement dit, cette étape décisive peut encore faire l’objet d’améliorations et de progrès de la part des professionnels.

 

argus-auto-avenir-automobile

 

L’avenir de l’auto

A l’heure où l’innovation et les technologies sont légion dans le secteur automobile, cette nouvelle enquête réalisée par Argus Conseil aide à mieux saisir et appréhender la manière dont les Français perçoivent la voiture.

Plus précisément, trois possibilités leur ont été soumises :

  1. La « voiture individuelle » : elle correspond au mode « traditionnel » d’utilisation du véhicule, acheté, financé ou loué, 100 % disponible pour son possesseur,
  2. L’« automobile occasionnelle » : elle correspond au véhicule loué auprès d’un professionnel en réponse à des besoins de déplacement ponctuels,
  3. L’« auto communautaire » : elle correspond à la voiture partagée entre particuliers, louée, prêtée ou co-voiturée.

L’étude « Comportements auto 2017 » révèle que l’automobile individuelle constitue la vision la plus répandue. Toutefois, elle n’est évoquée que par 63 % des sondés. Autrement dit, un tiers des automobilistes interrogés imagine qu’à l’avenir, la voiture pourrait être « en mode usage/accès ». Une vision qui s’avère sans surprise plus présente dans les métropoles et zones urbaines.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES