Assurance auto : contester le montant d'une indemnisation

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Assurance auto : contester le montant d'une indemnisation

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Assurance auto : contester le montant d'une indemnisation

|
Consultations : 3437
Commentaires : 0
contrat
Victime d’un sinistre automobile ? Heureusement, vous disposez d’une assurance auto. Sauf que l’indemnisation proposée par votre compagnie d’assurance ne vous satisfait pas. Entre modification du rapport d’expertise et sollicitation d’experts, voici l’avis éclairé de Bertrand Geoffroy, directeur pôle assurance d'Assurland.com.

La modification du rapport d’expertise

Dans le cas où une expertise a été sollicitée par l’assureur, une indemnisation vous sera proposée après dépôt du rapport concocté par l’expert.

Si vous ne goûtez guère ce qui y figure, vous pouvez tenter d’en faire modifier la teneur. Comment ? En apportant de nouveaux éléments (cotes argus, factures d’entretien,…) qui prouveront que la valeur du véhicule a été sous-estimée.

Si, malgré vos efforts, votre assureur demeure inflexible, vous pouvez demander une contre-expertise

La valse des experts

Cette contre-expertise sera réalisée par un expert choisi et rémunéré par vos soins à moins que votre contrat ne renferme une garantie « honoraires d’expert » qui couvrira les frais engagés. Le contre-expert ou « expert assuré » doit alors contacter l’expert désigné par l’assurance pour établir une expertise contradictoire. 

Si cette nouvelle expertise ne permet pas d’obtenir un accord, un nouvel expert sera nommé pour jouer les arbitres. Dans cette nouvelle phase, les décisions seront prises à la majorité des voix et les frais partagés entre l’assureur et l’assuré.

Si cela ne permet pas de résoudre le différend, vous pourrez saisir le médiateur de votre assureur qui disposera de 3 mois (s’il est affilié à la FFSA) ou 6 mois pour se prononcer. Son avis s’imposera à l’assureur.

Enfin, si l’assurance ne suit pas l’avis positif du médiateur ou si ce dernier rend un avis négatif, l’affaire pourra être portée devant les tribunaux sachant que le délai de prescription est de deux années à compter du sinistre.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS