Assurance auto : quelles réglementations ?

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Assurance auto : quelles réglementations ?

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Assurance auto : quelles réglementations ?

|
Consultations : 5053
Commentaires : 0
En cas de non respect de la loi, vous risquez une amende

En France, la souscription d’une assurance auto est impérative pour tout automobiliste. Cela est clairement stipulé par la loi du 27 février 1958, reprise dans le Code de la route à l’article L324-1 et dans le Code des assurances à l’article L211-1. Zoom sur les lois concernant l’assurance voiture.

Les règles prescrites par la loi du 27 février 1958

En considération de la loi du 27 février 1958 concernant l’assurance automobile, l’article L211-1 du code des assurances indique que la souscription d’une assurance est une obligation pour les véhicules terrestres à moteur.

Dans ce cadre, l’assurance minimale requise est la responsabilité civile. Elle est proposée par l’assurance au tiers et offre une protection à l’assuré contre les préjudices matériels et physiques que ce dernier pourrait occasionner à des tiers. En outre, la loi prescrit que l’assurance doit nécessairement être souscrite auprès d’un établissement agréé pour appliquer des procédures d’assurances contre les accidents découlant de l’utilisation d’engins automobiles.

L'assurance auto pour couvrir qui ?

L’assurance voiture souscrite doit en premier lieu offrir une couverture au propriétaire de l’auto, mais pas uniquement. En effet, elle doit aussi couvrir tous les passagers, le chauffeur secondaire, le chauffeur temporaire, ainsi que tous les objets placés dans l’engin.

Les sanctions en cas de transgression des règles

Le non respect de la loi concernant l’assurance véhicule peut engendrer des sanctions, selon le jugement du tribunal correctionnel. D’après l’article L324-2 du code de la route, une amende d’un montant de 3750 euros peut être requise, mais d’autres peines, à savoir des travaux d’intérêt généraux, la confiscation de la voiture, l’immobilisation de l’automobile et même la suspension voire l’annulation du permis de conduire.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS