• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Assurance auto : tout savoir sur le bonus malus

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 15:57
2012 va connaître une hausse des tarifs des assurances auto. Ces tarifs ne dépendent pas que des sinistres remboursés par les assureurs. En effet, le comportement de chaque assuré influence les prix à travers le coefficient de réduction-majoration, plus connu sous le nom de bonus-malus. Il permet donc d'ajuster la cotisation selon le niveau de risque que représente le conducteur. Explications.

Le bonus malus : définition


Le coefficient de réduction-majoration est plus connu sous le nom de bonus-malus. En effet, il modifie la cotisation d'assurance d'un automobiliste en fonction de ses sinistres responsables de l'année précédente. Il permet donc d'ajuster cette cotisation selon le niveau de risque que représente le conducteur. Ainsi, plus celui-ci a d'accidents responsables et plus sa cotisation augmente (et inversement).

Ce coefficient est mentionné sur chaque avis d'échéance du contrat, et l'assureur peut l'indiquer à l'assuré sur simple demande.

Mode de calcul du coefficient bonus malus


Le coefficient de réduction-majoration est calculé en tenant compte des sinistres survenus depuis la dernière date d'échéance du contrat. Lors de la première année d'assurance, ce coefficient est égal à 1. Si le coefficient est inférieur à 1, on parle alors d'un bonus. Dans le cas d'un coefficient supérieur à 1, on parle alors d'un malus.
 

Plafonnement, droit à l’erreur et la règle de « la descente rapide »


Le coefficient de réduction-majoration est plafonné. En effet, il ne peut pas dépasser 3,50. Par ailleurs, il ne peut pas non plus être inférieur à 0,50. Le bonus maximum est donc de 50% : il correspond à 13 années d'assurance sans sinistre responsable.

Par ailleurs, deux dérogations à la règle de modification annuelle assouplissent le fonctionnement du bonus malus. Ainsi, si un conducteur bénéficie d'un coefficient de 0,5 depuis au moins 3 ans, le premier accident responsable ne le modifie pas. C'est en quelque sorte le droit à l'erreur du bon conducteur.

À l'inverse, si un conducteur dont le coefficient est supérieur à 1 ne déclare aucun accident responsable pendant 2 ans, son coefficient est ramené à 1. Cette règle est surnommée la règle « de la descente rapide ». Elle a pour but de ne pas pénaliser trop longtemps les conducteurs qui conduisent de façon responsable. 

L’avis d’Assurland : le coût de l'assurance auto peut en effet devenir dissuasif, ce qui incite certains conducteurs à rouler non assurés. N’hésitez pas à utiliser un comparateur d’assurance auto. Vous obtiendrez les meilleures offres correspondant à votre profil.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES