• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Assurance auto : une égalité des sexes payée au prix fort par les femmes

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 14:43

Un probable alignement vers le haut de l’assurance auto

Avec l’arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne – voir notre article Assurance : c’est la fin des discriminations homme-femme – disposant qu’à partir du 21 décembre 2012 les assureurs ne pourront plus tenir compte du sexe pour le calcul des primes et prestations d'assurance auto, l’on assiste à la fin d’une discrimination de longue date : le genre ne sera plus un critère de détermination du tarif de l’assurance.

Revers de l’égalité, les femmes conductrices devront payer autant que ces messieurs soit une somme plus élevée que ce qu’elles acquittent actuellement. Et les compagnies d’assurance ne semblent pas décider à tenir compte du comportement moins accidentogène de la gente féminine.

Ainsi, à la MACIF, numéro un de l'assurance automobile en France, l’on annonce déjà : « Les jeunes femmes vont voir sur le marché français leurs cotisations augmenter sensiblement ». En écho, Alain Bazot, président de l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, annonce : « Le risque, c'est que tout soit aligné vers le haut, les primes versées par les femmes étant alignées sur celles des hommes qui ne baisseraient pas. »

Les femmes gagnantes sur le long terme

Toutefois, et aussi surprenant que cela puisse paraître, les femmes pourraient finalement tirer quelque profit de cette décision de la Cour de justice de l'Union européenne.

En effet, mise à part l’assurance habitation, les grands produits proposés par les compagnies d’assurance laissent apparaître une segmentation des tarifs fondée sur le sexe.

Or, pour les produits où la longévité entre en compte, les hommes partent avec un net désavantage : une espérance de vie moyenne significativement moindre que celle des femmes qui peuvent donc cotiser plus qu’eux pour l'assurance décès, l'assurance vie avec versement d'une rente ou les contrats dépendance.

Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema), déclare ainsi que pour chacun des sexes, « il va y avoir des plus et des moins ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES