Assurance auto

Auto : deux députés veulent interdire la publicité pour les véhicules thermiques

Publié par le , Mis à jour le 12/06/2019 à 15:13

Projet de loi d’orientation sur les mobilités : un amendement pour interdire la pub en faveur des véhicules polluants

De manière assez surprenante, deux députés, Matthieu Orphelin et Delphine Batho, ont déposé un amendement au projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM) pour voir interdire la publicité pour les automobiles thermiques. Selon eux, une telle mesure permettrait d’accélérer la « conversion du parc automobile vers des véhicules à très faible émission ».

Pour une adoption plus rapide des véhicules propres

Delphine Batho et Matthieu Orphelin, respectivement députée des Deux-Sèvres et député du Maine-et-Loire, ont déposé un amendement au projet de loi d’orientation sur les mobilités qui vise à interdire la publicité pour les véhicules motorisés les plus polluants à l’image de la loi Evin du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme interdisant toute publicité en faveur du tabac et l’encadrant s’agissant des boissons alcoolisées.

D’après les députés Batho et Orphelin, l’interdiction de la publicité pour les autos les moins respectueuses de l’environnement permettrait de convertir plus rapidement le parc automobile actuel vers des « véhicules à très faible émission ».

Ils considèrent en outre que le fait d’« encourager la vente de véhicules fortement émetteurs de CO2 », qui vont continuer à rouler et polluer pendant « plusieurs décennies », est en contradiction avec l’« objectif de transition vers une mobilité bas carbone », et ce, alors même qu’un tel objectif s’avère « indispensable pour faire face à la crise climatique ».

Un marché de 2 milliards d’euros au 1er trimestre 2019

A y regarder de plus près, les constructeurs automobiles font surtout la promotion des véhicules à fort potentiel de vente ou ils mettent l’accent sur les derniers véhicules commercialisés. Lorsque les voitures électriques sont mises en avant dans des spots publicitaires, c’est généralement pour vendre une image d’entreprise respectueuse de l’environnement.

Toutefois, il y a fort à parier que cet amendement soutenu par Delphine Batho et Matthieu Orphelin ne sera pas adopté. Car, les arguments ne manquent pas en faveur d’un statu quo. Par exemple, la publicité de l’industrie automobile compte pour près de 10 % des investissements publicitaires en France. Au premier trimestre 2019, cela représentait la bagatelle de près de 2 milliards d’euros, quel que soit le support (presse, télévision ou Internet).

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES