Assurance auto

Auto électrique : 6,5 millions de points de charge nécessaires en 2030

Publié par le , Mis à jour le 21/02/2019 à 16:07

Recharge de voitures électriques : la France va devoir accélérer

Dans son étude au véhicule électrique et au développement de la borne de recharge, Colombus Consulting indique qu’une voiture zéro émission ne sera pas plus contraignante dans son utilisation qu'une auto thermique. La France va devoir toutefois devoir investir pour supporter l’évolution du parc automobile.

Le gouvernement investit dans l’auto électrique

La France va devoir accélérer dans le domaine de l’électrique. La voiture zéro émission est devenue un véritable enjeu pour les constructeurs, entreprises en général mais aussi pour les gouvernements. La France s’est d’ailleurs fixé divers objectifs dans le domaine. Le 14 février dernier, Emmanuel Macron annonçait un plan d’envergure en faveur de la voiture électrique. Parmi les différents points détaillés, le Président de la République expliquait vouloir débloquer 700 millions d'euros sur les cinq prochaines années pour soutenir le développement de la filière de batteries électriques de nouvelle génération. Une décision économique mais aussi politique. Presque l’ensemble des modèles électriques actuels roulent avec des batteries chinoises ou coréennes. « Ce n’est pas bon pour l’industrie européenne de dépendre à 100% de l’Asie », a indiqué le Président de la République.

35 % des Français envisageaient de passer à l’électrique

Si les politiques publiques prévoient une transition sur la durée, il faudra aussi convaincre l’ensemble des Français. Si l’électrique représente le futur, tous ne se disent pas encore prêts à passer le cap. C’est du moins ce qui ressort des différentes enquêtes menées sur le sujet.  La dernière en date, réalisé par Ipsos pour l'Avere (association dédiée au développement de la mobilité électrique) en septembre 2018, dévoilait que « seulement » 35 % des Français envisageaient de passer à l’électrique. Parmi les freins : un prix trop élevé mais aussi des contraintes trop nombreuses. Ce dernier argument devrait toutefois évoluer dans les années à venir. Selon la dernière étude de Colombus Consulting, la voiture zéro émission ne sera pas plus contraignante dans son utilisation qu'une auto thermique d’ici 10 ans.

5,5 millions de véhicules électriques en 2030

Dans cette étude, consacrée au véhicule électrique et au développement de la borne de recharge, le cabinet de conseil en management, pointe toutefois le doigt sur l’importance de la borne de recharge. Si le gouvernement ambitionne de déployer 100 000 bornes de recharge d’ici 2022, Colombus Consulting estime que la France devrait compter plus de 6,5 millions de points de charge en 2030. Un nombre qui tranche avec les derniers décomptes : en novembre dernier, 24 780 points de charge étaient accessibles au public. Pour Colombus Consulting, ces 6,5 millions de points de charge seront pourtant nécessaires pour supporter la recharge de 5,5 millions de véhicules électriques.

Selon cette étude, 4 types d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) coexisteront d’ici une dizaine d’années. Parmi elles, une majorité de bornes dites à destination. Par ce concept, Colombus Consulting entend les bornes à domicile, sur les lieux de travail et dans les zones d’activités tertiaires. Ces dernières ne seront néanmoins pas seules puisqu’il faut y ajouter les bornes présentes sur la voie publique ou en stations.

Cette étude part toutefois du postulat que le parc automobile français comptera plus de 5 millions de véhicules électriques en 2030. L’année dernière les modèles électriques n’ont représenté que 1,43 % des ventes de véhicules neufs. Si les ventes de ces modèles ne cessent d’augmenter, passant de 2 626 exemplaires écoulés en 2011 à 31 059 en 2018, on est encore loin du compte.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES