Assurance auto

Auto : le gouvernement présente son plan pour une mobilité propre

Publié par le
92 vues 2 réactions Note

Quelles sont les mesures du plan pour une mobilité propre ?

Le gouvernement a présenté vendredi 20 juillet son plan « mobilité propre ». Développer le covoiturage et l’autopartage, renforcer le soutien aux véhicules propres ou bien encore durcir le malus écologique : ces différentes mesures doivent permettre de réduire la pollution et d’éviter les amendes de la Cour de justice européenne.

Développer l’autopartage et le covoiturage

Le gouvernement accélère pour réduire les émissions polluantes. Les ministres de la Transition écologique et des Transports, Nicolas Hulot et Elisabeth Borne, ont présenté vendredi 20 juillet, le plan du gouvernement pour une mobilité propre. Différentes mesures visant à réduire la pollution en France, mais également à éviter les amendes auxquelles s’expose la France. La Cour de justice européenne a en effet la France et notamment Paris dans le viseur, pour non-respect de la directive européenne de 2008 sur la qualité de l’air.

Pour éviter tous litiges avec Bruxelles, et donc réussir à baisser la pollution, le premier objectif du gouvernement est de développer le covoiturage. Dès 2019, les collectivités auront la liberté de créer des voies réservées, ou partagées, avec les transports en commun. L’Etat va également inciter les employeurs à participer aux frais de covoiturage. Aucune précision n’a néanmoins été apporté sur ce dernier point.

Etendre les zones à faibles émissions à 12 autres villes

Contre ce fléau de santé publique que représente la pollution de l’air, l’Etat souhaite développer les ZFE, également appelées zones à faibles émissions, ou zones à circulation restreinte. Déjà mis en place à Paris et à Grenoble par le biais des vignettes Crit'Air, ce système permet de restreindre la circulation des véhicules les plus polluants. D’ici à 2020, les ZFE seront étendues à 12 autres secteurs tels que Marseille, Lyon ou bien encore Strasbourg. Des contrôles automatisés et de la vidéoverbalisation permettront de faire respecter les interdictions.

Diminuer la part de véhicules polluants est une volonté affichée dans de nombreuses municipalités. A Paris, la municipalité prévoit par exemple d’interdire les véhicules diesel en 2024. Pour parvenir à cet objectif, les villes, mais aussi le gouvernement, ont décidé d’accélérer le développement des voitures électriques. Qu’elle soit en autopartage, ou directement acheté par un particulier, l’auto électrique est l’une des figures de proue de la mobilité propre. Si l’Etat souhaite multiplier par 5 les ventes de véhicules électriques d’ici à 2025, il compte également améliorer les infrastructures de recharge. C’est pourquoi Nicolas Hulot et Elisabeth Borne ont annoncé deux mesures allant dans ce sens :

  • La mise à disposition par les entreprises de recharge gratuite ;
  • L’augmentation de la prise en charge par le gestionnaire du réseau électrique pour les coûts de raccordement des bornes de recharge.

Outre des mesures concernant les collectivités ou entreprises, le gouvernement a également indiqué la modification du barème du malus automobile. En 2019, soit l’année prochaine, le seuil du malus descendra de 3 g/km de CO2. Le bonus reste quant à lui inchangé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
2 RÉACTIONS

exciste t'il une prime d'état- pour la reconversion du diesel a l'essence ? Merci pour la réponse .

Assurland.com, le comparateur d'assurances

Bonjour,

Vous pouvez tester votre éligibilité au dispositif de la prime à la conversion à l'adresse suivante : https://www.primealaconversion.gouv.fr/dboneco/accueil/

Bonne journée.

Bien cordialement,
L'équipe d'Assurland

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES