Assurance auto

BMW, Daimler, Volkswagen, Audi et Porche dans le viseur de l'UE

Publié par le

BMW dément une entente avec la concurrence

La Commission européenne vient d’ouvrir une enquête contre BMW, Daimler, Volksvagen, Audi et Porche. L’UE soupçonne les constructeurs automobiles de s’être entendus pour ne pas se livrer concurrence dans les technologies antipollution.

Des perquisitions menées en 2017

Va-t-on assister à un nouveau scandale automobile ? Après l’affaire des moteurs truqués en 2015, Bruxelles ouvre une enquête contre BMW, Daimler, Volkswagen, Audi et Porche. La Commission européenne soupçonne ces cinq géants automobiles de s’être entendus pour se protéger de la concurrence dans les technologies antipollution. Concrètement, un constructeur ne devait pas présenter d’avancée technologique majeure par rapport aux autres. En 2017, des perquisitions sont menées chez Daimler, BMW, Volkswagen et Audi en Allemagne. Daimler qui avait été accusé d'avoir installé un logiciel truqueur aurait évoqué cette entente entre les différents protagonistes. De son côté, BMW dément dans un communiqué de presse : « Les voitures du groupe BMW n’ont pas été manipulées et sont conformes aux dispositions légales réglementaires ». Cette enquête devra prouver si oui ou non le comportement de ces constructeurs a enfreint les règles établies par l’UE. Si cette affaire venait à se confirmer, la Commission européenne pourrait infliger d’importantes amendes aux constructeurs automobiles. Des amendes pouvant aller jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaire.

Un nouveau « Dieselgate » ?

Une affaire qui pourrait donc ébranler une nouvelle fois le monde automobile. Début septembre, Volkswagen a dû répondre de ses actes devant la justice allemande après le scandale du « Dieselgate ». Une affaire qui a coûté plus de 27 milliards d’euros au constructeur entre le rappel des voitures et les frais de justice. En 2015, les autorités américaines ont accusé Volkswagen d’avoir équipé 11 millions de voitures d’un logiciel pouvant fausser les résultats des tests antipollution. L’affaire fait grand bruit. Le constructeur perd 40% de son titre en bourse en quelques jours et doit dans le même temps rappeler les voitures concernées. Cette enquête va t-elle une fois de plus plomber les affaires de Volkswagen et plus généralement des constructeurs automobiles allemands ? Il faudra attendre plusieurs mois avant d'avoir la réponse à cette question.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES