Assurance auto

Carburant : 430 stations en rupture partielle ou totale ce 4 décembre

Publié par le

Carburant : 430 stations-essence en rupture partielle ou totale

Selon l'application Essence&Co, près de 166 stations-essence sont en rupture totale et 263 en rupture partielle ce mardi matin en France. Une pénurie de carburant  qui touche particulièrement la Bretagne.

166 stations sont en rupture totale et 263 en rupture partielle

Conséquence directe du blocage de plusieurs dépôts par les gilets jaunes, la France connaît actuellement les prémices d’une pénurie d’essence. D’après les données de l’application Essence&Co, 430 stations-essence seraient en rupture partielle ou totale ce mardi 4 novembre. Dans le détail, 166 stations sont en rupture totale et 263 en rupture partielle. Parmi ces dernières, la plupart se trouvent dans l’ouest de l’Hexagone, et plus particulièrement en Bretagne. Une douzaine de stations sont ainsi à sec dans le Finistère ou encore une vingtaine en Pays de la Loire. Hier matin, onze dépôts importants de carburant exploités par Total étaient bloqués.

Pas plus de 30 € de carburant par jour et par véhicule

Dans le Finistère, le préfet Pascal Lelarge a annoncé des restrictions d'usage à compter de ce lundi 3 décembre « afin de garantir l'accès au carburant au plus grand nombre et la capacité des services de secours et d'urgence à intervenir », rapporte France 3 Pays de la Loire. Des mesures qui seront en vigueur « le temps que les flux logistiques s'adaptent à la situation ». Concrètement un automobiliste ne peut pas se servir pour plus de 30 euros d'essence par jour et par véhicule. Pour les poids lourds cette limite s’élève à 200 euros. 

Si la pénurie s’explique par plusieurs blocages de dépôts par des gilets jaunes, le préfet du Finistère met également en cause « une surconsommation irrationnelle de carburant ».  Le préfet appelle ainsi les Bretons au « civisme ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES