Assurance auto

Carburant : le mouvement des « gilets jaunes » se poursuit

Publié par le , Mis à jour le 25/02/2020 à 14:02

Après un week-end de blocage, les « gilets jaunes » poursuivent leur mouvement de protestation ce lundi 19 novembre. S’il a dit comprendre le « ras-le-bol fiscal », Edouard Philippe l'a répété : le gouvernement ne changera pas de cap.

2 034 points de rassemblement samedi 17 novembre

Une vague jaune dans toute la France ? La journée de mobilisation du 17 novembre était très attendue. Pouvoirs publics, médias et mêmes « gilets jaunes » eux-mêmes pouvaient se poser quelques questions sur la réussite d’un tel évènement. Alors, une réussite ou pas ? Le bilan est plus contrasté. Samedi 17, 287 710 personnes ont participé aux manifestations dans 2 034 points de rassemblement, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Un nombre conséquent lorsque l’on compare aux manifestations habituelles, qui elles peuvent profiter des appareils syndicaux et militants. De surcroit, l’ensemble du territoire a été touché par leurs actions, ce qui représente un succès. On pouvait toutefois s’attendre à mieux au vu du nombre de potentiels participants sur les réseaux sociaux.

Ce mouvement de protestation, notamment contre la hausse des prix du carburant et plus largement suite à un « ras-le-bol » fiscal va-t-il s’essouffler ? Si le raz-de-marée attendu n’a pas eu lieu, le mouvement s’est poursuivi dimanche 18 novembre et continu ce lundi 19 novembre. Plusieurs rassemblements ont lieu en France et notamment aux abords de certains dépôts pétroliers. Il s'agit de ceux de Vern-sur-Seiche, près de Rennes ou encore celui de la Pallice, à La Rochelle. Des blocages ont également lieux, c’est notamment le cas dans le Pas-de-Calais une où manifestation se déroule sur l'autoroute A36. Des actions sont également prévues dans la semaine. Sur Facebook, un appel a été lancé à une nouvelle manifestation samedi à Paris et y invite « toute la France ».

Le gouvernement garde le cap

Invité dimanche soir sur le plateau du JT de France 2, le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué avoir « entendu la colère et la souffrance » de ces milliers de Français. Mais s’il comprend leur colère, le chef du gouvernement n’a toutefois annoncé qu’aucune inflexion. « Le cap il est bon et nous allons le tenir. Ce n'est pas quand ça souffle qu'on change de cap », a-t-il expliqué. Edouard Philippe a également rappelé qu’un geste avait été fait en milieu de semaine dernière et que l’exécutif ne ferait pas plus. Le Premier ministre avait en effet présenté une série de mesures mercredi 14 novembre. Une position qui ne satisfait guère les « gilets jaunes » bien décidés à continuer leur lutte.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES