Assurance auto

Climat : une proposition de loi pour limiter les autoroutes à 110 km/h

Publié par le , Mis à jour le 22/06/2020 à 16:34

Cette mesure sera peut-être décidée par référendum

La Convention citoyenne pour le climat a fait une proposition qui risque de faire grincer des dents. Réunie pour proposer des mesures de poids contre le réchauffement climatique, cette Convention a proposé de limiter les autoroutes à 110 km/h au lieu de 130. Une partie du gouvernement se dit favorable tandis que de nombreuses associations d'automobilistes montent déjà au créneau.

Une proposition de loi pour limiter les autoroutes à 110 km/h

Composée de Français tirés au sort, la Convention citoyenne pour le climat a proposé quelque 149 mesures clés pour combattre le réchauffement climatique. Parmi ces mesures révélées le 18 juin dernier, on en trouve une qui fait particulièrement polémique : réduire la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes françaises. Elle n'a réuni dans la Convention que 60 % des voix ; la plupart des mesures en obtenaient quant à elle plus de 90 %.

D'après ces citoyens tirés au sort composant la Convention, le passage de 130 à 110 km/h pourrait permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % en moyenne. Cela engendrerait une économie de 1,4 euro tous les 100 km et pourrait également permettre de réduire la mortalité routière. À savoir que ces analyses de la Convention n'ont pas d'autorité scientifique et font office d'avis consultatif ainsi que de base permettant au gouvernement et au législateur de prendre des décisions. Dans les faits, la voiture individuelle est responsable de 16 % des émissions de gaz à effet de serre en France.

Par ailleurs, la Convention admet qu'une telle mesure est « relativement complexe à mettre en place à mettre en place du point de vue de 'l'acceptatibilité' ». Mais « la vitesse maximale autorisée est inférieure à 130 km/h dans de nombreux pays : 113 km/h en Grande-Bretagne, 110 km/h au Brésil et en Suède, 100 km/h en journée depuis mars 2020 aux Pays-Bas », rappelle-t-elle.

Un sujet épineux qui n'est pas sans rappeler le passage aux 80 km/h

En effet, le sujet n'est guère simple et divise à l'instar du passage aux 80 km/h. Pour l'association France Nature Environnement, la mesure est « tout à fait bénéfique pour l'environnement ». « Plus on va vite, plus on va consommer de l'énergie fossile et plus on dégage d'émissions polluantes », explique à franceinfo Geneviève Laferrère, du réseau Transport et mobilités durables de l'association. « Nos mesures ne sont pas là pour plaire, mais pour avoir un réel impact. Ce ne sont pas des mesures prises sur un coup de tête », ajoute Éloïse, lycéenne de 17 ans.

Du côté du gouvernement, les avis sont variés. La ministre de la Transition écologique et solidaire s'est dite favorable à la mesure « à titre personnel ». Elle mentionne tout de même qu'il est « important de vérifier qu'il y a une adhésion des Français et de ceux qui sont concernés, ce n'est pas mon cas ». Sur Europe 1, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, s'est également montrée favorable « d'un point de vue personnel ». Elle rappelle également que « 150 citoyens ne définissent pas la norme » avant de poursuivre : « Ils font des propositions, puis les renvoient aux responsables politiques. »

Un possible référendum pour décider de la mise en place de cette mesure

Pour Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État aux Transports, « c'est un beau sujet politique [...], c'est pour ça que je pense que c'est un des sujets qui possiblement pourrait trouver à s'insérer dans un référendum ». Quant à sa position personnelle, il explique : « Je suis citoyen, donc si je suis consulté, je m'exprimerai. »

Enfin, le président de la République Emmanuel Macron devrait fournir « une première réponse » aux citoyens composant la Convention le 29 juin prochain. D'ailleurs, il s'était engagé à « rendre compte personnellement de ce [qu'il] ferait de ces mesures ». Il avait aussi précisé : « Ensuite, elles trouveront leur cheminement par voie de référendum, législative ou réglementaire. »

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES