Assurance auto

Coronavirus : un plan de relance automobile en préparation

Publié par le , Mis à jour le 26/05/2020 à 16:56

Un plan de relance pour l'automobile ?

Cette après-midi, le président de la République française Emmanuel Macron présentera un plan ayant pour but de relancer le secteur automobile, un secteur qui a énormément souffert de la pandémie du Covid-19 et du confinement lié à cette dernière. Assurland vous présente quelques pistes qui seront abordées.

Chute du marché de l’auto : un plan de relance présenté par le gouvernement

Ventes de voitures neuves : une baisse de 90 % en avril

Tout le monde le sait, le nouveau Coronavirus a impacté de nombreuses personnes mais aussi de nombreuses entreprises. Parmi les secteurs qui ont le plus souffert : celui de l’automobile. En mars, le nombre de ventes de voitures neuves chutait de 70 %, et ça ne s’est pas arrêté là puisque qu’en avril on enregistrait une baisse de presque 90 %.

C’est pourquoi, ce mardi 26 mai 2020, Emmanuel Macron (président le République française) présente un plan de relance pour le secteur de l’automobile afin de lutter contre les fortes pertes engendrées par le confinement et le Covid-19. En effet, à ce jour, Renault envisage de fermer plusieurs de ses entreprises en France et de nombreux autres constructeurs, équipementiers ou métiers de services souffrent de la pandémie. Il faut donc agir.

"Un plan de survie" sera présenté par Emmanuel Macron

Xavier Horent, délégué général du CNPA (Conseil National des Professionnels de l'Automobile) déclarait que la crise sanitaire a touché de nombreux métiers. Il a d’ailleurs précisé que l’impact a été évalué sur “50 000 postes, en particulier le secteur de la distribution automobile, où se concentre la majorité des effectifs salariés de la branche, mais d’autres secteurs aussi comme la réparation et les auto-écoles”. C’est pourquoi le plan de relance est très attendu car il est au final qualifié davantage comme étant “un plan de survie” qui permettra aux professionnels du monde de la voiture de s’en sortir.

Le besoin le plus urgent ? Éviter que des licenciements par dizaines de milliers aient lieu. Comment ? Il faut réussir à faire revenir les clients chez les concessionnaires auto grâce à la prime à la conversion puisque 95 % des stocks sont composés de voitures thermiques et ça, que ce soit dans le neuf ou l’occasion. Le second besoin ? Pouvoir continuer de former les jeunes puisque le monde de la voiture recrute généralement près de 40 000 d’entre eux chaque année.

De nouvelles aides à l’achat vont-elles voir le jour ?

Vers une revalorisation du bonus écologique ?

Même si pour l’instant rien est encore certain et officiel, il n’est pas impossible que des aides financières soient mises en place pour aider les Français à acheter des voitures plus écologiques. Pour cela, le bonus écologique qui est actuellement plafonné à 6 000 € pourrait attendre très prochainement les 8 000 € pour l’achat d’une auto dont la valeur est estimée en dessous de 45 000 €. En ce qui concerne les entreprises, elles pourraient elles aussi avoir droit à un coup de pouce de l’Etat en voyant leur bonus doubler, passant ainsi de 3 à 6 000 €.

De plus, ce sont les voitures hybrides rechargeables qui pourront elles aussi bénéficier d’une aide maximale de 2 000 €. Un point non-négligeable quand on sait que de nombreux constructeurs comme Renault ou Peugeot se lancent sur ce marché.

La prime à la conversion revue à la hausse ?

Après le bonus écologique, c’est la prime à la casse qui devrait augmenter également. Elle devrait donc passer à 2 000 et 4 000 € selon les revenus des foyers. Actuellement, cette dernière est plafonnée à 500 € pour les ménages modestes, et à 3 000 € pour les très modestes. Une autre bonne nouvelle : il devrait être plus facile de bénéficier de cette aide puisque les conditions d’éligibilité devraient être assouplies en incluant désormais les voitures possédant des vignettes Crit’Air 3 et 4 selon les revenus.

Pourquoi ces changements ? Comme nous le disions plus haut, l’idée est d'amener les automobilistes à acheter des voitures neuves, et si possible électriques. Comme l’a dit Bruno Le Maire, ministre de l'Économie : “il faut que l’on fasse de cette crise un levier pour accélérer la transition écologique et pour encourager les Français à acheter des véhicules qui sont encore aujourd’hui trop chers pour eux”.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES