Assurance auto

Dépôts et raffineries bloqués : des centaines de stations-service à sec

Publié par le

Des centaines de stations-service à sec en Bretagne

En raison du blocage de 5 dépôts pétroliers par les professionnels du BTP, des centaines de stations-services se retrouvent aujourd’hui à sec. Les entrepreneurs du bâtiment se mobilisent contre la volonté du gouvernement de mettre fin à l'avantage fiscal dont ils bénéficient sur le gazole non routier.

316 stations-services concernées par des pénuries

Débuté jeudi 28 novembre, le blocage de dépôts pétroliers par des représentants du secteur du BTP, se poursuit encore ce lundi. Pour dénoncer la volonté du gouvernement de supprimer l'avantage fiscal dont ils bénéficient sur le gazole non routier (GNR), les entrepreneurs du bâtiment bloquent aujourd’hui cinq sites : Brest, La Pallice (La Rochelle), Le Mans, Lorient et Vern-sur-Seiche (près de Rennes). Une mobilisation qui n’est pas sans conséquence pour les automobilistes de l’ouest de la France puisque 316 stations-services se retrouvent actuellement concernées. Une pénurie d’essence qui se ressent particulièrement en Bretagne.

Un arrêté afin d’approvisionner les véhicules prioritaires

Selon une carte collaborative mise en ligne sur le site du quotidien Le Télégramme, le nombre des stations en rupture de carburant n’a cessé d’augmenter depuis samedi dans la région. Face à cette situation tendue, le préfet du Finistère a pris dimanche un arrêté afin d’approvisionner les véhicules prioritaires.

« Compte tenu du blocage en cours du dépôt pétrolier de Brest, de la diminution des stocks disponibles dans les grandes agglomérations et des difficultés d’approvisionnement qui en résultent pour les services chargés d’une mission prioritaire (urgence, secours et soins aux personnes ; services sanitaires ; interventions d'urgence sur les réseaux de distribution ; transports funéraires), à compter du dimanche 1er décembre, le préfet du Finistère a pris un arrêté réquisitionnant plusieurs stations-service du département réparties dans chacun des quatre arrondissements qui le composent, afin de permettre aux véhicules de disposer d’un accès réservé et de garantir la continuité du service »

Depuis samedi ce sont ainsi onze stations-service qui ont été requestionnées. Elles ne peuvent toutefois approvisionner que « services chargés d’une mission prioritaire », c’est-à-dire les services sanitaires, les secours et soins aux personnes, les transports funéraires et interventions d’urgence sur les réseaux de distribution.

Les stations-service réquisitionnées :

  • Station Total, boulevard de l'Europe, à Brest
  • Station Total, rue Alsace-Lorraine, à Lannilis
  • Station Intermarché à Plouguerneau
  • Station Total Prat al Lan à Plouigneau
  • Station Renault, route de Morlaix, à Pleyber-Christ
  • Station Total, route de Châteaulin, à Crozon
  • Station Total, rue d'Ys, à Cast
  • Station Total, route de Quimper, à Châteauneuf-du-Faou

Réunion à Bercy avec un délégation de professionnels du BTP

Le gouvernement a de son côté convoqué à Bercy une délégation de professionnels du BTP. Cette entrevue devait se tenir cet après-midi en présence du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Si celle-ci ne débouche sur aucun accord, une pénurie généralisée est-elle à craindre ? C’est une question légitime, notamment au vu des nombreux appels à la grève. Dans l’immédiat la réponse est non. Malgré les nombreuses stations-essences fermées, il n’est pas probable de voir de suite une pénurie généralisée. La France compte un stock garanti de pétrole qui permet de continuer à s’approvisionner plusieurs semaines. Eparpillés sur l’ensemble du territoire, ces stocks avaient notamment été utilisés l’année dernière lorsque des gilets jaunes avaient bloqué des raffineries.

 

L'application Mon-Essence.fr, qui permet de connaître les prix des carburants dans les stations-services, propose également une carte des stations-service à sec.

 

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES