Assurance auto

Des députés proposent un « chèque carburant » de 100 € mensuels

Publié par le

Un « chèque carburant » pour contrer la hausse des prix ?

Alors que la colère des automobilistes commence à grimper aussi haut que les prix, deux élus Les Républicains viennent de proposer la création d’un « chèque carburant » de 100€ mensuels. Un coup de pouce qui s’adresserait à 13 millions de Français.

Une proposition pour résoudre la crise du carburant

Une aide pour aller à la pompe ? La hausse des prix du carburant cristallise la colère des automobilistes. Face à des tarifs toujours plus élevés, les protestataires s’unissent et plusieurs actions sont prévues. Parmi elles, un appel à bloquer des routes le 17 novembre prochain. Une situation d’autant plus compliquée que le gouvernement ne cesse de répéter qu’il ne reculera pas sur les taxes. Il n’en fallait pas plus pour que l’opposition monte au créneau. Entre les phrases chocs, les discours enflammés et les demandes de retour en arrière, certains élus proposent un « chèque carburant ». Pour redonner du pouvoir d’achat aux automobilistes, les députés  Les Républicains Guillaume Peltier et Damien Abad viennent de proposer la mise en place d’un « chèque carburant » de 100€ mensuels.

Une solution écartée par le ministre de l’Economie, Bruno le Maire

Ce coup de pouces, que certains qualifient de démagogique, s’adresserait à 13 millions de Français. Présent dans le Grand Rendez-Vous d’Europe 1, CNEWS et Les Echos, Guillaume Pelletier indique que cette prime profiterait à ceux qui vivent dans la France des provinces et qui n’ont pas la chance de disposer d’un réseau de transports en commun ». De manière assez concrète, ce chèque s’inspirerait du ticket-restaurant puisqu’il y aurait « une part employeur et une part employé » a expliqué Damien Abad sur RTL.

Pour la financer, les deux élus ont pensé à tout. Ils soumettent ainsi l’idée de financer ce « chèque carburant » par une taxe imposée aux sociétés d’autoroutes. Des sociétés très rentables depuis qu’elles ont été privatisée en 2006.  Mais malgré tout, cette proposition n’a que très peu de chance d’aboutir. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a d’ores et déjà annoncé qu’il n’envisageait pas de mettre ne place un « chèque carburant ». Dans un entretient au journal Le Parisien, ce dernier l’a qualifié de « solution à court terme qui contribuerait au réchauffement climatique ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES