Assurance auto

Des péages urbains bientôt installés à l'entrée des grandes villes

Publié par le

Il faudra bientôt payer 5 € pour entrer dans Paris avec sa voiture

D’après les informations du site Contexte, l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) prévoit de faciliter l’installation de péages urbains à l'entrées des grandes villes. Cette mesure doit permettre de « limiter la circulation automobile et lutter contre la pollution ».

Favoriser leur implantation dans les villes de plus de 100 000 habitants

Il faudra bientôt payer à l’entrée des villes. Déjà évoqué il a y a plusieurs mois, l’idée d’implanter des péages urbains à l’entrée des villes devraient être retenue. Selon des informations récoltées par le site d'information sur les politiques publiques Contexte, l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) prévoit de faciliter leur installation. Un texte du projet, dont la mouture serait définitive, prévoit en effet de donner la possibilité aux villes de plus de 100 000 habitants de se doter d'un péage urbain.

Nommé « tarif de congestion » dans le texte officiel, ce dernier sera défini et perçu par l'autorité organisatrice de la mobilité (AOM) à l'échelle locale. A signaler que dans la grande majorité des cas, les AOM sont les villes elles-mêmes. Pour Paris, il s’agira d’« Ile-de-France Mobilité ».

Un tarif de 5 € pour Paris, Marseille ou Lyon

Selon le journal Le Figaro, le texte prévoit de fixer un plafond de 2,50 € pour les villes de moins de 500 000 habitants et de 5 € pour celles qui en comptent plus. C’est le cas de Paris, Lyon et Marseille où le passage à un péage urbain pourrait donc coûter 5 €. Un tarif qui ne sera cependant applicable qu’aux véhicules considérés comme « légers ». Dans le cas contraire, où le véhicule est « non léger », il peut lui être appliqué un « coefficient multiplicateur au plus égal à 4, selon la catégorie du véhicule ». Dernière exception : les automobilistes dont « le domicile ou le lieu de travail est situé dans la zone soumise à tarif de congestion » pourront bénéficier de tarifs réduits voire de gratuité.

Avec cette mesure, le gouvernement entend « limiter la circulation automobile et lutter contre la pollution ». La création de péages urbains devrait par effet de ricochet augmenter l'utilisation des transports en commun. Une solution qui finit par séduire les élus. Dans un premier contre cette mesure, Anne Hidalgo serait favorable à son application à Paris, rapporte Les Échos.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES