• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Des professionnels contre la fin des vitres surteintées

Publié par le

Vitres surteintées interdites : l'AFPV proteste

Parmi les 26 mesures de sécurité routière annoncées fin 2015 pour lutter contre la mortalité, l’on trouve l’interdiction pure et simple des vitres surteintées. Cette mesure fait aujourd’hui l’objet d’un recours des professionnels du surteintage. Coup de projecteur.

Une mesure jugée disproportionnée

Les professionnels du surteintage des vitres d'automobiles ont récemment communiqué sur le dépôt d’un recours devant le Conseil d’Etat contre le décret qui, à compter de janvier 2017, doit sanctionner la présence de films opacifiants sur les vitres avant des véhicules.

Conseil de l’Association des Professionnels du Film pour Vitrage (AFPV), Me Rémy Josseaume dénonce le caractère disproportionné des mesures prises par rapport à l’objectif recherché. Et, l’intéressé de considérer qu’une « solution beaucoup moins contraignante aurait pu être mise en place ».

Enfin, selon l’AFPV, ce sont deux millions de voitures qui possèdent actuellement des vitres surteintés à l'avant et qui sont donc concernés par cette mesure.

135€ et 3 points en moins sur le permis

Au-delà du nombre important d’automobilistes concernés, Me Rémy Josseaume estime que faire disparaître le surteintage des vitres n’est pas une opération anodine et son coût peut osciller entre 80 et 200 euros chez un professionnel.

Il considère aussi qu’une telle sanction pourrait constituer un « coup d’arrêt » pour le secteur et menacerait même quelques 1 800 emplois.

Pour mémoire, le décret incriminé prévoit une amende de 135 euros ainsi que le retrait de 3 points du permis de conduire si les vitres du véhicule ne présentent pas un taux minimal de transparence de 30 %.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES