Assurance auto

En Europe, le marché automobile finit le premier semestre en net recul

Publié par le

Le marché automobile européen en net recul en juin 2019

Le marché automobile européen est reparti à la baisse en juin (- 7,8 %), en raison d’un calendaire défavorable. Un résultat qui confirme le difficile début d’année 2019. Sur l’ensemble du premier semestre, les immatriculations de voitures neuves ont diminué de - 3,1 %.

Le marché français en recul de - 8,4 % le mois dernier

Après une stabilisation en mai, le marché automobile européen a très nettement diminué en juin de - 7,8 %, selon les données de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Au total, 1,45 million de véhicules neufs ont été immatriculés le mois dernier, soit 113 000 de moins que l'an dernier sur la même période. « Ce recul est pour une grande part attribuable à un effet calendaire négatif », affirme l'ACEA dans un communiqué. L’association précise que si juin 2018 comptait 21 jours ouvrés dans l'Union européenne (UE), juin 2019 n’en comptait que 19. Sur les 5 plus grands marchés, aucun n’est ainsi arrivé à se maintenir dans le vert. La France a vu ses ventes diminuées de - 8,4 %, l'Espagne de - 8,3 %, le Royaume-Uni de - 4,9 %, l'Allemagne de - 4,7 % et l'Italie de -2,1 %.

Seul le Brésil et le Japon résistent à la récession  

Si le calendrier est évoqué pour expliquer cette baisse le mois dernier, l’ACEA souligne que les résultats ne sont guère plus positifs sur l’ensemble du premier semestre de l’année 2019. Sur les 6 premiers mois, les ventes ont reculé de - 3,1 % avec 8,18 millions de nouvelles immatriculations, soit 266 000 de moins qu’à la même période l’année dernière.

Après plusieurs années de hausse, le marché automobile, relativement cyclique, est victime d'une conjoncture moins dynamique. Un constat qui ne s’applique toutefois pas qu’à l’industrie automobile européenne. Selon LMC Automotive, 45 millions de voitures particulières et utilitaires légers neufs se sont vendus dans le monde au premier semestre 2019, soit une baisse de - 6,6 % par rapport aux six premiers mois 2018. Seul le Brésil et le Japon ont connu une phase positive. En pleine expansion il y a 10 ans, la Chine a chuté de - 12,4 %.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES