Assurance auto

En progression de 1,2 %, le marché de l'auto européen reste fébrile

Publié par le

Le marché automobile européen en hausse de 1,2 % en 2019

L’année dernière, plus de 15, 3 millions de véhicules neufs ont été immatriculés en Europe, soit une hausse de 1,2 % par rapport à 2018. Une performance annuelle en grande partie due à un excellent mois de décembre boosté par les ventes liées à l’arrivée de nouvelles réglementations.

15,3 millions de véhicules vendus sur le marché européen

Le marché européen pas loin du rouge. Alors qu’il avait très mal démarré l’année, le marché automobile européen l’a conclu de la plus belle des manières, d’après les chiffres de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). En décembre dernier les ventes ont littéralement explosé : + 21,7 % (1,22 million d'unités écoulées). Une excellente performance permettant au marché d’échappé de justesse à une année de baisse. Sur l’ensemble de l’année les ventes ont augmenté de 1,2 % avec plus de 15,3 millions de véhicules vendus.

Pour le marché il s’agit d’une sixième année consécutive de hausse. Une progression qu’il est néanmoins possible de nuancer. Profitant de l’arrivée de nouvelles normes, les constructeurs ont profité de la fin d’année pour voir leurs ventes grimper. « « Il y a eu des immatriculations par anticipation de gros véhicules émetteurs de CO2 pour éviter qu'ils entrent dans le calcul des quotas 2020 », souligne auprès des Echos Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Un marché « dopé » donc par le durcissement des normes sur les émissions de CO2. Désormais les constructeurs se voient contraints de respecter un plafond de 95 grammes/kilomètre en moyenne.

Parmi les principaux marchés, l’Allemagne a connu la plus forte progressions (+ 5 %). Viennent ensuite la France (+ 1,9 %) et l’Italie (+ 0,3 %). Les marchés espagnol et britannique ont quant à eux enregistré des reculs de respectivement - 4,8 % et - 2,4 %.

Du côté des constructeurs, Volkswagen a conforté son leadership, avec des ventes en hausse de 3,1 %. Derrière l’indéboulonnable groupe allemand, PSA conforte sa seconde place dans l’UE malgré une baisse des immatriculations de - 1,1 %. La France reste donc bien représentée puisque Renault reste troisième avec une part de marché stable de 10,6 % (+1,1 % d’immatriculations).

L’industrie automobile européenne inquiète pour 2020  

Pour 2020 l’inquiétude se fait ressentir sur le marché européen. Aux nouvelles réglementations viennent s’ajouter l’issue d’un Brexit encore inconnue, de même que les différentes guerres commerciales. Cette année devrait également être placée sous le signe de l’électrique. Pour éviter d’avoir à payer des amendes sur les émissions de CO2, la plupart des constructeurs ont repoussé la commercialisation de leurs voitures électriques à 2020.

Avec des milliards d’euros investis pour proposer une offre conséquente, les constructeurs seront nombreux à présenter de nouveaux modèles :

  • DS3 Crossback E-Tense (janvier)
  • Peugeot e-208 (janvier)
  • Peugeot e-2008 (avril)
  • Volkswagen ID 4 (mars)
  • Audi e-Tron Sportback (printemps)
  • Volvo XC40 Recharge (juin)
  • Mercedes EQA (automne)
  • Seat El-Born (fin d’année), etc.

Les cabinets spécialisés mise en tout cas sur une progression importante des ventes. LMC Automotive prévoit notamment de voir passer la part des véhicules rechargeables de 2,4 % cette année, à 8 % en 2020 et à 12 % en 2021.

En matière d’électrique, 2020 est également l’année du lancement de la première usine européenne de batteries. Implanté à Nersac (Nouvelle-Aquitaine), l’Airbus de la batterie doit venir au secours de la filière automobile européenne.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES