Assurance auto

Fusion PSA Fiat : une enquête ouverte par la Commission européenne

Publié par le , Mis à jour le 18/06/2020 à 11:40

En fusionnait, PSA et FCA pourraient détenir 34 % du marché européen du véhicule utilitaire léger

Alors que le projet de fusion des groupes PSA et Fiat Chrysler se concrétise de plus en plus, la Commission européenne s'inquiète. Cette dernière a ouvert une enquête sur ce projet de fusion en raison d'une potentielle mise en danger de la concurrence, notamment au niveau du marché du véhicule utilitaire.

La Commission européenne craint pour la concurrence sur le marché auto

Le mercredi 17 juin 2020, la Commission européenne a annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie portant sur le projet de fusion des groupes PSA (Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Opel, Vauxhall) et Fiat Chrysler (FCA – Fiat, Chrysler, Jeep, Maserati, Alfa Romeo, Dodge, Ram). En effet, Bruxelles craint une mise en danger de la concurrence sur le marché des véhicules utilitaires, où les deux groupes occupent déjà une « position forte », tel que l'a expliqué Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. « Nous évaluerons avec soin si l'opération proposée aura un impact négatif sur la concurrence », a-t-elle poursuivi.

La Commission européenne se penche plus particulièrement sur le cas des utilitaires légers (moins de 3,5 tonnes) au sein des 14 États membres (Belgique, France, Espagne, Italie, Pologne, Hongrie, Grèce, Croatie, République tchèque, Luxembourg, Lituanie, Portugal, Slovénie, Slovaquie) et au Royaume-Uni. Ce marché est particulièrement lucratif pour les constructeurs : les véhicules utilitaires sont relativement simple à concevoir mais les marges sont intéressantes pour les constructeurs automobiles.

« Dans bon nombre de ces pays, PSA et FCA détiendraient ensemble des parts de marché élevées, ainsi que la plus grande variété de marques et de modèles de toutes tailles », précise Margrethe Vestager. De facto, la fusion pourrait supprimer « une importante contrainte concurrentielle pour les deux parties », d'autant plus qu'« une nouvelle entrée sur le marché semble peu probable à une échelle significative ». En 2019, PSA détenait plus d'un quart de ce marché et Fiat Chrysler 9 % de plus. Avec un total de 34 % des parts si fusion, le groupe pèserait deux fois plus que le deuxième au classement, soit Renault avec 16,4 % des parts du marché.

La fusion PSA Fiat Chrysler doit donner naissance au 4e groupe auto mondial

La Commission avait été avertie de ce projet de fusion le 8 mai dernier. En outre, les deux groupes s'étaient positionnés pour ne pas soumettre d'engagements (cessions d'activités, de sites...) afin de répondre aux exigences européennes. Elle pourra rendre son verdict jusqu'au 22 octobre 2020.

« Les deux sociétés continueront de coopérer avec la Commission européenne pour répondre à ses questions dans le même esprit constructif qui a défini le projet de fusion depuis le début », a expliqué un porte-parole de PSA à l'Agence France-Presse (AFP), suite à la décision Commission avant d'ajouter : « PSA et FCA réaffirment l'objectif commun de conclure la transaction d'ici la fin du premier trimestre 2021. » À savoir qu'une telle fusion donnerait naissance au quatrième plus grand groupe auto mondial.

De grosses pertes causées par la pandémie de Covid-19

La crise sanitaire et économique de Covid-19 ne semble donc pas avoir stoppé les ambitions de fusion des deux groupes, malgré son impact très prononcé sur le marché auto. En 2019, les deux groupes ont accusé de 170 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 8 millions de ventes de véhicules au cumul.

Mais avec la pandémie de Covid-19, PSA a vu son chiffre d'affaires chuter de 15,6 %, soit 15,2 milliards d'euros pour 627 000 Véhicules immatriculés, soit 29 % de moins que l'année dernière. De son côté, Fiat Chrysler est tombé de 16 % durant ces trois premiers mois de l'année, soit 20,56 milliards d'euros pour 818 000 véhicules, soit 21 % de moins que l'année précédente. En outre, le deuxième trimestre de l'année 2020 ne s'annonce guère radieux pour le marché auto. Dans le contexte actuel, de nombreux concessionnaires ont été contraints à la fermeture.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES