Assurance auto

Intégration des diesel à la vignette Crit'Air 1 : le gouvernement divisé

Publié par le

Bientôt des vignettes Crit'Air 1 pour les véhicules diesel ?

Selon une information du Monde, Bercy envisagerait d’inclure les plus récents diesel à la vignette Crit’Air 1. Elisabeth Borne, ministre des Transports, s’y oppose. Actuellement, seuls les véhicules essence de moins de 7 ans disposent de ce macaron.

Un système discriminant pour les diesel selon Bercy

Une question divise actuellement le gouvernement : faut-il, oui ou non, intégrer les plus récents diesel à la vignette Crit’Air 1 ? Depuis deux ans, les automobilistes ont l'obligation d'apposer cette vignette sur leur pare-brise en fonction de leur date d'immatriculation et de leur motorisation. Ces macarons permettent de déterminer quels véhicules peuvent rouler ou non en cas de pic de pollution mais interdisent aussi l’accès à certaines villes. Un système que le ministère de l’Economie juge discriminant pour les diesel.

Actuellement, seuls les essence modernes, hybrides et zéro émission (électrique, hydrogène, etc) bénéficient de la vignette Crit'Air 1. Bercy souhaiterait donc changer les règles. D’après des informations du journal Le Monde, le ministère de l’Economie songerait à intégrer les véhicules diesel les plus récents, de norme Euro6. Concrètement il s’agit de ceux immatriculés à partir de septembre 2015.

Les ministères des Transports et de la Transition écologique et solidaire opposés à cette idée

Si cette proposition pourrait satisfaire certains automobilistes et sous-traitants-automobiles, elle s’est heurtée aux collaborateurs du ministère de la Transition écologique et solidaire ainsi qu’à celui des Transports. Toujours selon Le Monde, ces derniers ne souhaitent pas revenir sur les enjeux de santé publique. Une position réaffirmée par la ministre des Transports elles-mêmes. « La vignette Crit'Air est réservée aux véhicules les moins polluants, le diesel émet des particules, ça émet également des dioxydes d'azote qui sont très mauvais pour la santé », a indiqué au micro de Sud Radio Elisabeth Borne. Pour la ministre, cette mesure prendrait la mauvaise direction : « On serait bien inspiré de consacrer beaucoup d'énergie à passer à des véhicules électriques, à des véhicules au biogaz, là on est certain qu'on a des véhicules qui ne polluent pas, plutôt que de vouloir absolument produire le futur diesel dont on nous dit qu'il sera propre ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES