Assurance auto

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi noue un partenariat avec Google

Publié par le

Renault-Nissan-Mitsubishi signe un partenariat avec Google

Renault-Nissan-Mitsubishi vient de signer un partenariat mondial avec Google. A partir de 2021, les véhicules de l’Alliance franco-japonaise seront équipés du système d'exploitation mobile Android. Un accord qui soulève toutefois quelques questions quant à la protection des données personnelles.

Google Maps et l’assistant vocal à l’intérieur des voitures

Un partenariat de plus pour Google. Renault, Nissan et Mitsubishi ont annoncé mardi 18 septembre avoir noué un partenariat mondial avec le géant du web, Google. Les trois constructeurs, réunis au sein de l'Alliance éponyme, intégreront dès 2021 le système d'exploitation Android dans leurs véhicules. « L'objectif principal est d'apporter dans la voiture l'expérience que les utilisateurs ont sur leur téléphone », a indiqué à l'AFP Hadi Zablit, directeur « Business Development » de l'Alliance.

En équipant leurs voitures d’Android, l’Alliance offrira à ses clients de nouveaux services. A leur bord, les automobilistes pourront profiter du système de navigation Google Maps, de l’assistant vocal mais aussi de multiples autres services. Toutes les applications proposées via Google Play deviendront ainsi adaptées à une utilisation dans une voiture. Un environnement digital qui pourra également être compatible avec d'autres systèmes d'exploitation, notamment iOS, d'Apple.

Un partenariat qui s’inscrit dans le cadre du plan « Alliance 2022 »

Pour Renault-Nissan-Mitsubishi, qui a vendu 10,6 millions de voitures dans le monde en 2017, ce partenariat s’inscrit dans le cadre du plan « Alliance 2022 ». Un plan qui prévoit « d'équiper toujours plus de véhicules de service de connectivité à bord » mais également de lancer 12 nouvelles voitures 100 % électriques. Le développement de la conduite autonome a également été énoncé.

Si Volvo a annoncé en mai dernier un accord similaire, ce partenariat signé entre Renault-Nissan-Mitsubishi et Google est sans pareil pour les constructeurs généralistes. « Cet accord permet à l'Alliance de faire un grand bond en avant », estime un consultant interrogé par Les Echos.

Quelles données Google va récupérer ?

Cet accord soulève néanmoins quelques questions ; et la principale est plutôt logique : « Quid des données ? ». Serviront-elles au développement de la conduite autonome ? Aucune information n’a été précisé, que ce soit par l’Alliance, ou par Google, sur l’avenir du traitement des données embarquées dans les automobiles. Hadi Zablit a toutefois tenu à être rassurant : « Google n'aura accès qu'aux données lui permettant d'améliorer l'expérience client. Nous continuerons de maîtriser les données liées aux fonctionnalités de la voiture ». Il reste toutefois à savoir de quelles données le directeur « Business Development » de l'Alliance est en train de parler.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES