• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

La Fnaa réagit face aux propos du GEMA

Publié par le

La Fnaa est une organisation professionnelle défendant les intérêts des artisans de la réparation automobile. Elle a tenu à répondre aux propos du GEMA qui ont été publiés sur le site journalauto.com le 5 mars.

GEMA a prononcé des propos dénigrants

Le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance a déclaré dans l’article concernant l’obligation des assurés de choisir librement leur réparateur auto, que les assureurs auront « le droit d’informer leurs assurés que les réparateurs agréés présentent généralement des qualités de services et des conditions tarifaires plus avantageuses ».

La Fnaa estime que ces propos dénigrent ouvertement les entreprises non agréées que l’organisation défend également. Elle a insisté sur le fait que ces entreprises proposent également des services de qualité et qu’elles peuvent offrir une assistance et une gestion de sinistre dans le respect des règles. Selon la Fnaa, les assureurs devront uniquement informer les assurés de leur libre choix et ne devra pas dénigrer les prestations offertes par certaines entreprises.

Liberté de choix possible grâce à la loi Hamon

L’article 21 ter de la loi Consommation de Benoît Hamon offre aux assurés la possibilité de choisir librement son réparateur auto après un accident. La mesure a bien été accueillie par les usagers et les garagistes. Le dispositif n’a rien d’une nouveauté puisque les assurés avaient toujours le pouvoir de choisir son garagiste, seulement les assureurs avaient tendance à taire et préféraient envoyer leurs clients vers des professionnels agréés dont ils maitrisent les coûts.

Désormais, les assureurs ont juste le devoir d’informer les assurés de cette possibilité et n’ont aucun droit de les imposer le choix de l’entreprise de réparation. Cette liberté de choix permettra aux usagers de récupérer son libre arbitre et permettra aussi aux garagistes d’améliorer leurs situations. En effet, depuis quelques temps les affaires marchent mal. La rentabilité des réparateurs carrossiers a par exemple diminué de 6 % en 2012.

Le libre choix profitera donc aux assurés mais aussi aux entreprises de réparations qu’elles soient ou non agréées !

Une chose est sûre : les assurés ont la possibilité de choisir leur contrat d’assurance automobile via un comparateur.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES