Assurance auto

La part du diesel dans les ventes de voitures neuves chute encore

Publié par le

Auto : les Français continuent de fuit le diesel

Le mois dernier, le diesel a représenté 31 % des ventes de véhicules neufs sur le marché français. Alors qu’en 2012 la part du diesel représentait 73 %, elle ne cesse de reculer ces dernières années. Un déclin qui s’observe également sur le marché de l’occasion.

73 % des ventes en 2012, 40,6 % en 2018

Le diesel à l’agonie. En août, la part du diesel dans les ventes de voitures neuves en France a atteint 31 %, selon les données du Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA). Une part en recul par rapport à juin et juillet, où il représentait encore 34 % des immatriculations françaises. La chute est encore plus impressionnante lorsque l’on regarde les résultats sur les sept dernières années. Si en 2012, 73 % des véhicules neufs vendus sur le marché hexagonal étaient des voitures diesel, les chiffres ne cessent de dégringoler.

Le diesel, un déclin européen

Après être passé sous le seuil symbolique des 50 % en 2017 (47,3 % des ventes), la part de diesel dans les immatriculations a encore chuté pour atteindre 40,6 % en 2018. Un long déclin qui s’observe également sur d’autres marchés, et notamment l’européen. Selon l’ACEA, la demande pour les modèles diesel a continué à reculer au cours du second trimestre, à 31,3 %, soit une baisse de - 5 points.

La chute du diesel se confirme enfin sur le marché de l’occasion. « Le marché confirme la tendance observée depuis le début de l’année avec un engouement des Français pour les véhicules d’occasion de moins de 5 ans et essentiellement à motorisation essence », explique Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 France. Un déclin néanmoins moins important, puisque le diesel reste majoritaire (59,6 % des ventes).

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES