Assurance auto

La vente d'autos en ligne a progressé en 2020, mais jusqu'où ira t-elle ?

Publié par le , Mis à jour le 10/12/2020 à 11:44

Chez PSA, l'achat en ligne pourrait bientôt représenter 10% des ventes

Au terme d'une année marquée par deux confinements, la vente de voitures en ligne semble se démocratiser chez les Français. Certains constructeurs y misent beaucoup, mais la concession reste un lieu prisé par les acheteurs.

Une année bien remplie pour la vente en ligne

Si la vente en ligne est entrée dans les habitudes des Français depuis plusieurs années maintenant, l’année 2020 risque bien d’établir un nouveau record en termes de colis livrés, en particulier en cette période de noël marquée encore par des restrictions de déplacements.

La poste s’attend notamment à gérer un mois de décembre historique, avec des pics estimés à quatre millions de colis traités par jour. Mais c’est un cadeau qui ne se livre pas dans les boîtes aux lettres qui connaît un petit succès en ligne cette année : la voiture.

Jusqu’ici, cette pratique qui avait cours sur le marché de l’occasion, s’imposait encore timidement pour les modèles neufs. Même si certains constructeurs en faisaient déjà une stratégie commerciale assumée. A l’image de Tesla, dont le patron, Elon Musk, a déjà annoncé par le passé son souhait de supprimer à terme ses boutiques physiques. En 2018, près de huit Model 3 sur dix étaient déjà achetés uniquement sur internet. 

PSA avec un tour d'avance

Même s’ils sentaient devoir s’y conformer à terme, les autres constructeurs ont été contraints de s’adapter rapidement à cette nouvelle pratique, au cœur d’une année marquée par deux confinements. Que ce soit au printemps ou au mois de novembre, les concessionnaires ont en effet été obligés de laisser leurs boutiques fermées. Pour les automobilistes en quête d’une voiture neuve, une seule solution : l’achat en ligne et l’impasse sur le traditionnel essai.

En la matière, le constructeur PSA avait déjà pris un peu d’avance sur ses concurrents. Ces deux dernières années, le groupe français écoulait déjà un dizaine de milliers d’unités par an via internet. Cette dynamique s’est accélérée avec le premier confinement.

Fin avril, PSA avait en effet annoncé que ses trois marques, Peugeot, Citroën et DS auraient désormais chacune un site dédié offrant la possibilité de configurer et d’acheter son véhicule en ligne. Jusque-là le groupe proposait déjà une interface permettant de visualiser les modèles en stock par point de vente, et de réserver.

A présent, c’est tout le parcours client qui se voit digitalisé : choix du modèle donc, mais aussi de ses options et de sa configuration. L’acheteur établit également son plan de financement avec un conseiller en vente, et peut aussi paramétrer les conditions de reprise de son ancien véhicule. Enfin, la livraison à domicile est même possible !

Inquiétude chez les concessionnaires

Avec l’accélérateur qu’a représenté le confinement, le groupe observe cette nouvelle tendance progresser tous les mois, et les volumes réalisés en ligne devraient bientôt atteindre 10% des ventes. Néanmoins, cette mode qui pointe le bout de son capot ne fait pas que des heureux. 

Les concessionnaires, distributeurs et constructeurs, qui connaissent une année historiquement catastrophique craignent à terme une possible réduction du nombre de boutiques. Ce serait d’ailleurs pour ne pas se mettre à dos son réseau que le concurrent de PSA, Renault, avancerait plus timidement sur cette pente glissante.

Un achat pas comme un autre

Que les concessionnaires se rassurent, les résultats des ventes à l’issue du second confinement tendent à montrer que les Français ne sont pas encore tous prêts à sauter le pas. En ce mois de novembre, la pratique de la vente en ligne a été en effet encouragée, puisque les concessionnaires étaient autorisés à livrer les voitures achetées « online » : un  « click and collect » pour l’auto.  

Or, les chiffres du mois de novembre montrent que les ventes de voitures neuves continuent de chuter : -27% par rapport à 2019. La démocratisation de la vente en ligne, sans essai du véhicule, mettra encore sans doute quelques années à percer. L’âge moyen des acheteurs de voitures neuves dépasse encore les 50 ans, et, surtout, le contact humain en concession et l’essai de son futur véhicule semblent encore précieux. 

Pour finir, n’oubliez pas que si la vente en ligne ne vous séduit pas encore, la comparaison d’assurances auto, elle, s'y fait très bien, avec des économies sur votre formule pouvant atteindre les 33%.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES