La voiture risque-t-elle de devenir un produit de luxe ?

Publié par Quentin Bas Lorant le 06/07/2022 à 11:53 , Mis à jour le 06/07/2022 à 12:14

À partir de ce mois de juillet, les nouveaux modèles de voitures commercialisés dans l'UE devront comporter Adaptateur Intelligent de Vitesse. Un nouvel équipement obligatoire qui s'ajoute à la boite noire, imposée également récemment. Ces technologies pèsent depuis au moins dix ans sur les prix des assurances, en renchérissant le coût des voitures. Vont-elles faire de la voiture particulière un produit de luxe ?

Le renchérissement du parc automobile pèse sur les tarifs d'assurance

Notre étude sur la hausse des primes d’assurance depuis dix ans a dernièrement fait état d’une augmentation de 16% des cotisations auto entre 2010 et 2020 (soit plus que l’inflation générale des prix sur la même période : 13,2%).

Deux principales raisons expliquent cette flambée : le coût des accidents corporels, qui a grimpé de 5,7% depuis 2010, d’après la Fédération française de l’Assurance. Une tendance amenée à se poursuivre, puisqu’après la chute du nombre de sinistres consécutive au Covid-19, les chiffres de l’accidentalité routière repartent à la hausse depuis le début d’année, comme l’explique notre dernière étude sur les conséquences de l'inflation sur les tarifs d’assurance.

Le deuxième facteur structurel est le renchérissement du parc automobile. Les voitures neuves qui sortent des chaines de production sont en effet de plus en plus équipées en technologies de pointe onéreuses, en particulier les voitures électriques et hybrides. 

Cette tendance a également été mesurée depuis une décennie. Le magazine l’Argus publie chaque année le portrait-robot de la voiture moyenne. En prenant en compte l’inflation, il s’avère que son prix a grimpé de 7 000 euros entre 2010 et 2020 (de 19 767 euros à 26 789 euros).

Or, mécaniquement, les voitures plus onéreuses à l’achat sont aussi plus chères à réparer, avec des pièces plus difficiles à trouver, plus coûteuses, et qui nécessitent un savoir-faire spécifique… Pour les assureurs, cela se répercute sur la prime : s’ils doivent dépenser plus pour couvrir les réparations, ils augmentent la cotisation pour maintenir leur marge.

De nouvelles obligations d'équipements

Ce qui inquiète, c’est que ce gonflement du prix des voitures risque d’être prochainement aggravée par deux nouvelles obligations d’équipements. Depuis le mois de mai, les constructeurs ont l’obligation d’intégrer une boite noire à leurs nouveaux modèles. Cet enregistreur d’accident, sur le modèle de ceux présents dans les avions, doit permettre de mieux cerner les raisons d’un accident ; mais il représentera aussi un coût supplémentaire qui se répercutera sur le prix final de la voiture.

Ce nouvel équipement de sécurité fait partie des nombreux nouveaux équipements que l’Union européenne souhaite imposer pour réduire l’accidentalité sur les routes. À partir de ce mois de juillet, les nouveaux modèles commercialisés en UE devront répondre à une nouvelle obligation : comporter un Adaptateur Intelligent de Vitesse (« AIV » ou « ISA », pour « Intelligent Speed Assistance »).

Ce système analyse en temps réel (via une caméra intelligente ou une position GPS) la vitesse maximale à respecter sur la route empruntée par l’automobiliste. Si ce dernier dépasse cette vitesse autorisée, il est alerté par un son et/ou une lumière. S’il ne ralentit pas, le système est capable d’atténuer la puissance du véhicule pour réduire l’allure et repasser sous la limite.

De nouvelles contraintes qui font craindre, qu’avec ces systèmes de plus en plus sophistiqués, la voiture devienne un produit de luxe, inabordable pour la plupart des ménages. C’est ce que redoute Yves Carra, porte-parole de l’Automobile Club Association, interrogé par Francetvinfo : 

« On va effectivement vers des voitures de plus en plus sophistiquées, donc de plus en plus chères. Et ça, c'est un vrai problème de pouvoir d'achat. Les voitures d'occasion qui s'échangent le plus ont plus de 10 ans. La voiture risque de redevenir ce qu'elle a été au début du XXIe siècle, un produit de luxe. Il faut être attentif parce que c'est une société qui va être trop bouleversée si on ne peut plus acheter de voitures. »

Du côté du coût des assurances, pour l’heure, ces nouveaux équipements pèsent bien à la hausse sur les cotisations auto. Toutefois, à terme, s’ils permettent bien de réduire le nombre d’accidents, ils pourraient peu à peu les faire baisser. Mais combien d’année faudra-t-il pour les primes baissent après des années de hausse ?

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES